Nouvelle "Masse critique" à Bruxelles ce vendredi: les cyclistes espèrent bien marquer le coup

Plus de pistes cyclables, plus d'espaces pour les vélos, plus de respects pour les cyclistes, telles sont les revendications qui accompagnent les masses critiques. À Bruxelles, ils seront en principe quelques centaines de cyclistes à circuler ce vendredi dans la ville pour porter ce message. Et avec des fleurs, cette fois-ci.

La masse critique est un concept qui nous vient des États-Unis. La première a eu lieu en 1992, à San Francisco. Il s'agit de prendre la rue en masse et à vélo pour montrer l'importance des cyclistes en ville. En 27 ans, le concept a gagné la planète et aujourd'hui, cet événement ponctuel a lieu dans plusieurs centaines de villes du monde entier.

Ces manifestations pacifiques et apolitiques ont lieu chaque dernier vendredi du mois. Et Bruxelles n'en manque aucune. Dans deux jours, un énorme groupe de cyclistes devrait traverser les rues de la capitale belge. Ils partiront à 18h30 de la porte de Namur, à Ixelles, pour se diriger vers le Cinquantenaire, où un rassemblement est prévu à 19h. La promenade sur deux roues prendra fin à 20h30, au Citygate d'Anderlecht. (Itinéraire ici)

Marquer le coup

Pour cette édition du 29 mars, les organisateurs espèrent voir une participation très importante afin de vraiment mobiliser le plus de gens possible. Ce mercredi, 245 personnes ont indiqué qu'elles seront présentes et 1.300 autres se sont dites intéressées.

Petite particularité, cette fois: les participants sont invités à pimper leurs bicyclettes avec des fleurs et à venir habillé en mode "flower power". Pourquoi une Flower Supa Power Critical Mass? Pour accueillir le printemps, pour célébrer la joie de rouler en plein air et pour redonner un éclat à son vélo après un hiver long et pluvieux.

Tout porte à croire que cette masse critique pourrait être importante. Il devrait faire beau vendredi (17 degrés de prévu). La question des transports au sein de la transition écologique n'a jamais été aussi présente dans le débat public qu'en ce moment. Il n'y a jamais eu autant de vélos qu'actuellement et le nombre de voitures à Bruxelles a diminué de 20% ces dernières années.

Revendications

L'objectif poursuivi par cette manifestation sur roues est d'imposer la présence des cyclistes de façon pacifique. "Si suffisamment de cyclistes roulent ensemble dans un groupe, ils peuvent dominer n’importe quelle rue et ralentir la circulation à leur rythme", écrit Critical Mass Bruxelles. Plus le nombre d'adeptes du deux roues augmente, plus le trafic sera modéré automatiquement par leur présence.

Les revendications sont de plusieurs ordres. Moins de voitures, plus d'espaces aux vélos, moins de pollution, de meilleures infrastructures... Avec une insistance particulière cette fois-ci sur un tronçon: le rassemblement au Cinquantenaire sera l'occasion d'insister à nouveau pour qu'une piste cyclable séparée de la circulation et bidirectionnelle soit crée sur l'avenue de Tervuren et autour du rond-point de Montgomery.

Le Gracq a lancé une pétition adressée à la Région et aux bourgmestres d'Etterbeek et de Woluwé-Saint-Pierre et ils comptent bien sur cet événement pour se faire entendre.

Déjà lu?