Greta Thunberg en lice pour le prix Nobel de la Paix, une nomination qui fait déjà débat

Greta Thunberg a été nommée par trois députés norvégiens pour le prix Nobel de la Paix. La jeune activiste suédoise pourrait recevoir cette récompense prestigieuse pour avoir été l'instigatrice du mouvement de "grève de l'école pour le climat". Une nomination qui fait grincer de nombreuses dents.

Deux tresses qui encadrent des joues rebondies, une petite moue décidée et un panneau dénonçant le dérèglement climatique en suédois. Voici, en très schématisé, Greta Thunberg, une adolescente convaincue qui, en quelques mois, est devenue une icône mondiale et a convaincu des milliers de jeunes à sauter les cours pour réclamer un futur plus respirable.

Fin janvier, trois députés norvégiens de gauche ont déposé une candidature à son nom pour obtenir le prix Nobel de la paix 2019, récompense qui est décernée après délibération le 11 octobre.

"Nous avons proposé Greta Thunberg parce que le changement climatique, si on ne l'enraye pas, sera la principale cause des guerres, conflits et flux de réfugiés à l'avenir", a indiqué Freddy André Øvstegård, l'un des trois députés norvégiens. "Greta Thunberg a lancé un mouvement de masse dans lequel je vois, peut-être, la principale contribution à la paix", a-t-il ajouté.

Débat

Cette nomination a directement enflammé les réseaux sociaux. Sur Twitter, sur Reddit, sur Facebook, des voix critiques s'interrogent sur la légitimité de nommer la militante de 16 ans plutôt que d'autres personnes qui ont physiquement pris plus de risques. Certains estiment, par exemple, que Nasrin Sotoudeh est plus en droit de recevoir ce prix. Cette avocate iranienne des droits de l'homme a été condamnée à 148 coups de fouet et 38 ans de prison pour s'être battue pour les femmes souhaitant retirer leur voile.

Fille de parents célèbres, régulièrement contactées par des ONG aux financements douteux et récupérée par divers mouvements politiques, Greta Thunberg est tour à tour accusée d'être la marionnette des lobbys verts, d'avoir été montée de toute pièce ou encore de ne chercher que la célébrité. D'autres s'énervent carrément sur "cette insupportable gamine", comme, par exemple, le technophile Dr Laurent Alexandre.

Ou encore Bart De Wever, qui affirme que ce mouvement de grève de l'école pour le climat est une perte de temps. "Les jeunes deviennent des citoyens critiques sur les bancs de l'école et en faisant des sorties éducatives. Pas en les forçant à exprimer une certaine opinion", a tweeté ce jeudi matin le président de la N-VA à propos de certaines écoles flamandes ayant rendu la marche pour le climat obligatoire.

"Incroyable"

La principale intéressée s'étonne, elle qui, malgré les nombreuses critiques, estime avoir toujours menée ce combat de façon désintéressée. "C'est bien évidemment un honneur et très agréable d'être proposée pour un aussi grand prix", confie-t-elle au journal suédois Aftonbladet. "C'est incroyable et un peu bizarre", poursuit celle que la député écologiste Isabelle Attard accusait d'avoir été plongée au sein d'une immense machination pour être transformée en "héroïne internationale".

"Je ne fais partie d'aucune organisation. Je soutiens et coopère parfois avec plusieurs ONG qui travaillent avec le climat et l'environnement. Mais je suis absolument indépendante et je ne représente que moi-même. Et je fais ce que je fais complètement gratuitement, je n’ai reçu aucune somme d’argent, ni aucune promesse de paiements futurs. Et personne non plus n'a aucun lien avec moi ou ma famille", s'était défendue en février Greta Thunberg dans un post Facebook.

Acte symbolique

Face aux détracteurs, on voit surgir deux formes de défense. La première souligne que nomination ne signifie pas forcément obtention. 304 autres individus et organisations ont été proposés cette année et rien ne dit que Thunberg sera récompensée. Mais le simple fait de l'avoir inscrite est déjà une reconnaissance de son travail. Le fait de nommer une adolescente est un acte fort en soi, et le fait que le comité du prix Nobel l'ait accepté montre que le combat de la militante s'inscrit dans une lutte légitime pour la paix.

L'autre argument "technique" à propos du Nobel consiste à rappeler que cette récompense a ses propres faiblesses. Barack Obama, celui que l'on surnomme le "président des drones" pour sa triste gestion des conflits américains, a aussi reçu cette distinction. Aung San Suu Kyi, Nobel de la paix 1991, est aujourd'hui à la tête d'un pays où se perpètre un massacre sans précédent, le génocide des Rohingyas qui a été condamné par l'ONU. Le prix Nobel de la paix n'est pas une distinction absolue.

Mouvement mondial

Mais quelles que soient les critiques envers l'action de Greta Thunberg, quels que soient ses liens et ses soutiens, il faut lui reconnaître une chose indéniable: son mouvement a conquis le coeur de milliers de jeunes. Ce vendredi 15 mars, la planète Terre assistera au plus grand mouvement coordonné de marches pour le climat encore jamais vu. Ce jeudi, 1.693 événements avaient déjà été enregistrés dans 106 pays par le mouvement allemand Fridays for Future.

En Argentine, en Alaska, en Israël, en Corée du Sud, en Équateur, dans les îles Féroé, au Groenland, au Nigéria, en Somalie... des centaines de milliers de jeunes vont sauter les cours pour faire pression sur leur gouvernement. Et tout ça, en partie grâce à une jeune fille qui, un jour, a décidé d'attendre toute seule devant le parlement de son pays avec un panneau.

La carte des 1.693 marches prévues pour ce vendredi 15 mars

© Fridays For Future

Déjà lu?