Tuerie du Musée juif: Nemmouche condamné à la perpétuité et Bendrer à 15 ans de prison

Après huit heures de délibération, les jurés et la cour ont rendu leur jugement. L'arrogant et impassible Medhi Nemmouche est condamné à la réclusion à perpétuité et Nacer Bendrer, plus coopératif, prend 15 ans.

Après des mois de témoignages, de plaidoiries et d'auditions, le procès-fleuve des auteurs de l'attaque perpétrée au Musée juif de Bruxelles en mai 2014 semble arriver à son terme. Dans la nuit de lundi à mardi, les douze jurés et les trois juges ont délibéré.

Mehdi Nemmouche a été condamné à la réclusion à perpétuité par la cour d'assises de Bruxelles. Malgré son silence et son absence d'empathie, la cour l'a reconnu coupable d'avoir assassiné quatre personnes. "M. Nemmouche, vous n’êtes qu’un lâche, vous tuez des gens en leur tirant dessus par-derrière", a déclaré le procureur Yves Moreau qui estime que rien ne sert de lui accorder un allègement de peine, puisque, une fois sorti, Nemmouche serait prêt à recommencer.

Medhi Nemmouche écope donc de la peine maximale: réclusion à perpétuité, ainsi que d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines (TAP) de 15 ans. La cour d'assises de Bruxelles a estimé par ailleurs que "les conditions dures" que le prévenu a connu durant "son enfance" ne pouvait "expliquer quatre assassinats terroristes".

15 ans pour Bendrer

Sang-froid, cruauté, absence de remise en question, dédain, moquerie... durant ce procès, Nemmouche s'est présenté comme un personnage égocentrique et narcissique qui "présente un haut risque de récidive vu son isolement, son absence d'encadrement, son parcours délinquant, sa radicalisation, sa parfaite maîtrise de lui-même et son refus de se soumettre à une expertise psychiatrique", selon la cour.

À l'inverse, le Marseillais Nacer Bendrer, qui lui a fourni armes et munitions, a fait preuve de plus d'humanité. Le jury de la cour d'assisses l'a donc condamné à 15 ans de prison et a prononcé une mise à disposition du tribunal de l'application des peines (TAP) pour une période de 5 ans.

Bendrer a exprimé des regrets et a fait preuve d'empathie. "J’accepte, mais j’ai honte d’être là. Mon destin est entre vos mains", a-t-il déclaré avant la délibération, ajoutant que Nemmouche "n’est même pas un mec mais un monstre, un fils de p…" L'arrêt de la cour est plus clément à son encontre puisqu'il "n'était pas présent sur les lieux" de l'attaque et qu'il "n'en est ni l'auteur ni l'instigateur".

Les deux accusés ont 15 jours pour se pourvoir en Cassation

Déjà lu?