Aux États-Unis, on commence à envisager la possibilité que Donald Trump refuse de quitter le pouvoir

L'ex-avocat de Donald Trump Michael Cohen avait la langue bien pendue devant les membres du Congrès américain. En plus de lâcher quelques gros dossiers sur son ex-employeur, il a également fait part de son scénario catastrophe: selon lui, Donald Trump risque de refuser de quitter le pouvoir. Une situation très peu probable pour les experts.

Et si Donald Trump refusait de quitter le pouvoir en cas de défaite aux élections de 2020? C'est la possibilité évoquée par l'ex-avocat du président Michael Cohen devant les membres du Congrès. Selon lui, l'actuel président est susceptible de très mal vivre une éventuelle défaite et donc de refuser de quitter la Maison Blanche.

Du coup, la question commence à intriguer les Américains et les experts en politique. Est-ce que Donald Trump est assez fou pour refuser de céder le pouvoir? Cela semble au final très peu probable. Mais si tel était vraiment le cas, que se passerait-il?

Bienvenue en terre inconnue

Alors, plusieurs experts en sciences politiques ont imaginé un tel scénario. En fait, dans pareille situation, le pays se retrouverait en terre inconnue: jamais un président n'a réfuté les résultats d'une élection et jamais un président n'a refusé de quitter la Maison Blanche. Même Richard Nixon avait cédé sa place à John F. Kennedy en 1960 alors qu'il soupçonnait un cas de fraude électoral. Même chose pour Al Gore en 2000 qui avait accepté la décision de la Cour suprême qui validait la victoire de George Bush alors que des suspicions de fraude persistaient en Floride.

Mais qu'importe: l'intervention de Michael Cohen fait cogiter les experts qui essaient d'imaginer à quoi ressemblerait le scénario du blocus de Donald Trump à la Maison Blanche. Ce n'est pas un exercice facile, car la constitution américaine ne fait pas mention d'un cas où un président refuse de donner sa place malgré des résultats d'élections défavorables à son encontre.

Selon Joshua Sandman, professeur de sciences politiques à l'université de New Haven, il est quasi impossible que Donald Trump conteste d'éventuels résultats défavorables, car il détruirait ainsi l'image de la fonction présidentielle. Les experts s'accordent donc à dire que la pression serait tellement forte de la part du Congrès que Trump ne pourrait résister bien longtemps à la Maison Blanche. Même son propre parti politique s'opposerait à une telle situation de crise. Et si vraiment la situation s'envenimait, la Cour suprême serait là pour calmer tout le monde. Si la plus haute juridiction du pays donne un avis, on se doit de le respecter, c'est comme ça que ça marche.

Scénario catastrophe

Il existe malgré tout un scénario catastrophe où Donald Trump pourrait bien provoquer une énorme crise politique. Ce scénario, c'est Ross Backer qui l'imagine, un expert en politique et membre de l'université de Rutgers dans le New Jersey. Il imagine un scénario (très peu probable, il faut le dire) où le président sortant perd les élections à moins de 1% au vote populaire et où les deux candidats sont à égalité au niveau des grands électeurs.

Dans ce cas précis, il se pourrait que les Américains se réveillent au lendemain des élections avec quelques tweets enragés de Donald Trump dénonçant des fraudes dans plusieurs grandes villes du pays. Et pendant ce temps sur la chaîne Fox News, des experts politiques se succéderaient pour défendre l'actuel président et sa stratégie. Si cela se produit, les États-Unis plongerait dans "une crise constitutionnelle de premier ordre et inédite" selon Ross Backer.

Ce ne sont là que des suppositions mais en tout cas, Michael Cohen a eu le mérite de faire cogiter les experts politiques de tout le pays.

Déjà lu?