C'est une première: des médecins vont prescrire légalement de la MDMA à des patients

On imagine toujours l'ecstasy tourner en festival plutôt que dans les cabinets des médecins. Mais cela pourrait changer. Israël a approuvé au mois de février la demande de traiter 50 cas de stress post-traumatique avec de la MDMA.

La MDMA est une amphétamine qui peut te faire serrer les dents, sauter de joie, défaillir, transpirer, déprimer et peut te donner envie de faire l'amour avec tout le monde. Mais depuis quelques années, des études très sérieuses sont réalisées sur l'usage de cette molécule psychostimulante dans le milieu médical.

En Israël, une cinquantaine de patients vont être soignés dans les prochaines mois avec de la MDMA. Le Ministère israélien de la santé a approuvé l’utilisation de la MDMA pour traiter ces patients atteints de troubles de stress post-traumatique (TPST). Cette administration se fera au centre médical Rambam de Haïfa et dans les hôpitaux psychiatriques de Be’er Yaakov, Lev Hasharon et Be’er Sheva.

MAPS

"On pense que la MDMA catalyse la thérapie, plutôt que d'être efficace par elle-même", déclarait en 2018 le Dr Allison Feduccia, co-auteur de la recherche de la MAPS, l'organisme américain de recherche sur la MDMA et la psychothérapie qui a financé la première étude publiée dans le magazine médical The Lancet Psychiatry. La MDMA affecte les niveaux de certains produits chimiques dans le cerveau et aide les individus à s'engager plus émotionnellement dans la thérapie.

Ici, les patients ne pourront consommer de l'ecstasy que sous une surveillance constante. Le traitement comprend 15 séances de psychothérapie avec deux thérapeutes, un homme et une femme. Dans la plupart des cas, l’un des deux sera un psychiatre, un psychologue ou un travailleur social clinicien. Les patients seront invités à s'allonger sur un lit avec les soignants à côté d'eux. Pendant une partie du temps, les patients écouteront de la musique puis ils tenteront de revenir sur ces épisodes de leur vie qui leur cause une forte anxiété.

Créer un précédent

C'est la première fois qu'un gouvernement autorise des médecins à recourir à ce type de traitement. Sur l'ensemble de la planète, la MDMA est considérée comme une drogue dangereuse. Mais, depuis que la Food and Drug Administration (FDA), l'autorité américaine de la sécurité alimentaire et médicale, a déclaré que cette thérapie était "révolutionnaire" en 2017, les États-Unis ont décidé d'approuver officiellement le traitement. Ce devrait être fait pour 2021.

Israël les a devancés, devenant le premier pays à autoriser ce traitement de façon officielle. Les chercheurs n'ont toutefois pas attendus d'être dans la légalité pour réaliser leurs tests. "Plus de 2.000 patients ont testé ce traitement de par le monde", explique Bella Ben-Gershon, responsable du traitement des traumatismes mentaux à la division des services de santé mentale du ministère de la Santé, au journal Haaretz. "Nous avons constaté qu’il n’entraînait aucun risque d’aggravation de la condition du patient, ni d’effets secondaires."

Liste d'attente

Ces tests pourraient avoir un impact sur la médecine mondiale. En Israël, la liste d'attente pour participer à cet essai compte plusieurs centaines de membres. 600 personnes souffrant de stress post-traumatique - des traumatismes incluant les combats militaires, les abus, les agressions sexuelles et les accidents de la route - souhaitent participer à cet essai médical.

Ben-Gerson rappelle toutefois que cette expérience n’est pas amusante et n’est pas une fête. "La substance vous permet de revenir aux mêmes expériences encapsulées et de les retraiter sur une courte période. Lors de la session elle-même, les choses se passent parfois très vite et puissamment". Elle conclut tout de même sur une note positive: ces essais cliniques fournissent "des motifs d'optimisme."

Déjà lu?