C'est fini: l'Algérie ne veut plus de Bouteflika au pouvoir 

C'est avec une lettre envoyée à la télévision nationale dimanche soir qu'Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans, a énervé les Algériens. Le président (sortant?) a annoncé que s'il remportait les élections présidentielles, il n'irait pas jusqu'au bout de son mandat. Immédiatement, des manifestations ont eu lieu un peu partout dans le pays.

Alger, Béjaïa, Jijel, Boufarik, Bouira, Guelma... toutes ces villes algériennes étaient secouées par des manifestations dimanche soir. Les participants, qui brandissaient des drapeaux algériens, étaient à pied, en voiture ou en scooter. Les cortèges avançaient au bruit des klaxons et des revendications.

Plus de Bouteflika au pouvoir, réclamaient les marcheurs. Après 20 ans à la tête de l'Algérie, Abdelaziz Bouteflika n'a plus beaucoup de soutien dans la population. Ce dimanche 3 mars, les jeunes au coeur des manifestations protestaient contre son annonce via la télévision nationale. Dans un courrier, le président a promis de tenir de nouvelles élections auxquelles il ne se présentera pas s’il est réélu le 18 avril 2019.

Lettre

"J'ai écouté et entendu le cri du cœur des manifestants et en particulier des milliers de jeunes qui m'ont interpellé sur l'avenir de notre patrie", écrit le président. "Ces jeunes ont exprimé une inquiétude compréhensible face aux incertitudes qui les animent. J'ai le devoir et la volonté d'apaiser les cœurs et les esprits de mes compatriotes."

Bien que frappé par un AVC en 2013, Bouteflika est resté jusqu'à aujourd'hui à la direction de son pays. Dans un état peu communicatif, voir larvaire pour certains, le vieil homme a poursuivi son quatrième mandat, au grand dam d'une partie de la population. Élu en 1999, il n'a jamais quitté le poste de président depuis. Pour le peuple algérien, Bouteflika, à 82 ans, n'est plus en état de rempiler pour un cinquième mandat.

Manifestation à Alger, dimanche soir

© epa

alger manifestation

© epa

Le journaliste Khaled Drareni était sur place

La police est intervenue dans la capitale algérienne

Mais la rencontre s'est faite sans heurts

La protestation avait également lieu dans le reste du pays

Même à Paris, on a pu voir un rassemblement anti-Bouteflika...

paris bouteflika

© epa

... et un rassemblement pro-Bouteflika

paris bouteflika dimanche 3 mars

© epa

Assurément, cette élection va faire du remous

Déjà lu?