Bye le MR! Alain Destexhe crée son nouveau parti à droite toute

Depuis l'épisode du pacte de l'ONU sur les migrations, Alain Destexhe estime que la politique menée par le MR n'est plus assez ferme. Il a donc décidé de quitter le parti libéral pour fonder sa propre formation: "Liste Destexhe".

Entre le Mouvement réformateur et Alain Destexhe, la romance est finie. Le sénateur et député ixellois a décidé de battre campagne en solo. Il quitte le navire libéral, trop centre-droit à son goût, pour lancer une nouvelle formation qu'il estime plus à même de représenter ses idées. C'est ce qu'il explique ce mercredi dans une interview accordée à La Libre Belgique et La Dernière Heure.

Le parti lancé par Destexhe s'appelle simplement "Liste Destexhe". Un choix pragmatique: "Nous sommes à un mois du dépôt des listes et le délai est extrêmement court. On n’a pas le temps de se faire connaître d’ici là", explique-t-il. Après le 26 mai, ce nom pourrait changer. Le député bruxellois espère entre temps convaincre un maximum de francophones de voter pour lui.

Immigration et intégration

Le point de rupture avec le MR a été le pacte de l'ONU sur les migrations. "J’estime que les prises de position récentes du MR ne permettent plus au courant de centre droit et de droite classique d’être représenté en Belgique francophone. Voilà tout le sens de ma démarche". Destexhe veut se tourner vers quelque chose de plus "libéral-conservateur", comme il le confiait à La Libre en 2018.

Cette volonté de défendre une politique plus sévère sur les questions d'immigration est un point développé dans son livre "Immigration et Intégration. Avant qu'il ne soit trop tard". Sous ce titre alarmant, le député développe en réalité l'idée de mettre un terme au regroupement familial tel qu'on le connaît actuellement. Il souhaite également s'attaquer à "la régularisation des sans-papiers qui crée un appel d'air".

"N-VA francophone"

On l'aura compris. Chez Destexhe, le programme politique ne sera pas axé sur les questions économiques, écologiques ou culturelles. Le coeur de sa campagne sera dirigé contre "un certain nombre de ces immigrés qui nous ont rejoint" et "ne sont pas assez intégrés". "J'assume le fait que nous serons une N-VA francophone, sans le confédéralisme évidemment", avoue-t-il.

"Nous avons appris la nouvelle via la presse ce matin", a précisé Christophe Cordier, le porte-parole du MR, à Belga, avant d'ajouter: "les statuts du MR sont clairs, le fait de se présenter sur une liste concurrente, signifie l'auto-exclusion".

Bye Bye MR

On notera que Destexhe n'est pas le premier à quitter le parti de Charles Michel pour des raisons similaires. En décembre 2018, Assita Kanko a dit adieu au MR pour rejoindre les rangs de la N-VA "parce que c’est un parti qui est clair, qui est direct, qui défend ses positions et qui n’est pas du tout flou", insistait-elle chez RTL.

Mais, à l'inverse de Kanko, Destexhe campe sur des idées clairement francophones. Au mois de mai, il présentera sa liste aux scrutins bruxellois, wallon et européen. Reste à voir si le nom "Destexhe" aura une résonance suffisamment importante que pour avoir de l'impact sur les électeurs.

Déjà lu?