Les transports et la mobilité, le sujet qui sera au coeur des élections de 2019?

Il n'y a aucun doute: le climat sera la question principale des élections de mai 2019. Mais en pratique, ça se traduit comment? Il semble que les solutions de mobilité reflètent parfaitement cette possibilité de lutter contre le dérèglement climatique. Le cdH et Ecolo ont déjà évoqué la gratuité des transports. Chacun à leur sauce mais nul doute que ça continuera.

L'idée commence à faire consensus: un des moyens de réduire notre empreinte écologique est d'opter pour des transports plus verts. Cela demande de réduire drastiquement le nombre de nos voyages en avion et de faire en sorte de moins prendre la voiture.

En Belgique, pas une journée ne passe sans que les questions de circulation et de climat ne resurgissent. Les transports en commun comme solution à la pollution causée par le trafic automobile sont continuellement au coeur du débat public. Et cela n'a pas échappé aux partis politiques qui, pour certains, viennent déjà avec de nouvelles propositions. Assurément, les transports seront au coeur des élections de mai 2019.

Ecolo: gratuité pour les chômeurs et les jeunes

"Nous proposons la gratuité des transports en commun pour les moins de 25 ans, car les habitudes se prennent à cet âge-là", déclare ce lundi matin Jean-Marc Nollet dans les colonnes de Sudpresse. Le co-président d'Ecolo affirme que sa grande priorité pour 2019 sera la mobilité, et cela passe par la gratuité en Wallonie et à Bruxelles pour les chômeurs et les jeunes.

Son objectif est d'abord écologique: "Je désire offrir la possibilité aux gens de se passer de leur voiture s’ils le souhaitent, ce qui est impensable à l’heure actuelle". Mais il porte également un côté social puisqu'il veut favoriser la réinsertion professionnel par le même biais. Les chômeurs devraient pouvoir emprunter gratuitement les transports en commun car cela leur permettrait de "chercher du boulot, sans que cela leur coûte de l’argent", poursuit Nollet.

cdH: gratuité pour tous

En janvier, au cdH, on parlait d'étudier la possibilité de rendre les transports en commun gratuits à Bruxelles. Face aux nombreux problèmes causés par la congestion automobile de la capitale, les humanistes proposaient de développer l'offre de transports en commun et de les rendre gratuits.

"L’idée de lancer une étude n’est pas de trancher la question de la gratuité, mais de l’objectiver en identifiant de manière précise les coûts mais aussi les bénéfices d’une telle démarche, bien sûr financiers mais aussi en termes environnementaux, d’attractivité économique, de promotion touristique, de baisse potentielle du trafic automobile, de santé pour les riverains, de qualité de vie améliorée", expliquait à la Dernière Heure Benoît Cerexhe, chef de groupe CDH au parlement bruxellois.

MR: "métroification"

Le MR n'est pas en reste sur les questions de mobilité, puisqu'il parle de transports "à un prix accessible, tant en ville que dans les zones rurales, tant pour les personnes valides que pour celles à mobilité réduite", dans son programme. "La politique de mobilité que nous voulons est respectueuse de l’environnement et soucieuse de désengorger les routes et autoroutes."

Fin janvier, Vincent De Wolf, chef du groupe MR au Parlement bruxellois, relançait le débat sur la métroification de la capitale: plus de métro, moins de tram. L'idée était de permettre "à chaque formation politique de préciser son point de vue sur la question. J’ai la volonté d’inviter une série d’experts afin d’objectiver la "métrofication" par rapport à la "tramification".

Une décision qui faisait suite au blocage des Verts du projet d'extension du métro Nord. Ecolo-Groen s'opposent à la création d'une ligne 3 sur un axe nord-sud, là où, pour une fois, tous les autres partis sont d'accord.

Les autres

Les autres partis sont encore restés plus discrets sur la question, mais on trouve des idées allant dans ce sens dans leurs programmes. Le PS indiquait en novembre 2018 qu'il "faut chercher à réduire le nombre de voitures en général".

Pour le PTB, "les transports en commun sont le premier choix" comme solution pour "une mobilité fluide et durable". C'est pourquoi, dans son programme actuel, le parti marxiste réclame "des transports en commun performants et gratuits dans les villes".

Seul Défi semble plutôt désintéressé de la question.

Le thème de mai 2019

Le 26 mai 2019, les Belges auront l'occasion de voter pour élire les 150 futurs membres de la Chambre des représentants (élections législatives), les membres des Parlements de communauté et de Région et les députés qui nous représenteront au Parlement européen.

À voir comment les transports en commun sont présentés comme le point sur lequel travailler pour répondre au dérèglement climatique, il y a de fortes chances pour que ce thème soit au coeur des débats durant les trois prochains mois.

Déjà lu?