Jets de projectiles, conférence annulée... où va la "démocratie", s'interroge Theo Francken

Plus de deux cents personnes se sont rassemblées mardi soir devant l'hôtel Verviers. Elles protestaient contre la venue de Theo Francken (N-VA). Mais face aux heurts, l'ancien secrétaire d'État a préféré annuler la conférence de presse.

"La situation est devenue incontrôlable. Voiture attaquée par un mouvement d'extrême gauche. La police ne peut pas garantir ma sécurité. (...) Conférence annulée. Hallucinante pensée unique. Où va la démocratie?", a tweeté mardi soir Theo Francken.

L'ancien secrétaire d'État était attendu mardi soir à l'hôtel Verviers pour y donner une conférence de presse sur son dernier livre "Continent sans frontières". La FGTB de Verviers-Ostbelgien, en désaccord avec le politicien, a invité le plus grand nombre de gens à chahuter son arrivée.

La FGTB avait convié "ses militants, le monde associatif verviétois, les citoyens attachés à la démocratie et à un 'vivre ensemble' fondé sur le respect de tous, à se réunir aux abords publics de l'Hôtel Verviers". Et cette rencontre a viré à l'échauffourée.

Près de 200

Ils étaient quelque 200 à manifester devant l'hôtel verviétois dès 18h00. Parmi eux, l'on trouvait quelques Gilets jaunes. La police a débarqué en masse pour tenter de calmer ce qui virait à la manifestation violente.

Certains sympathisants de Theo Francken ont failli se prendre du mobilier de terrasse sur la figure. La police est parvenue à les bloquer à temps.

Ce mercredi, l'ancien secrétaire d'État a remercié les" 200 courageux hommes et femmes venus de Liège et de Verviers" et ayant affronté "la tempête d'agression verbale sous escorte policière". "Nous sommes désolés que cela n'ait pas pu avoir lieu. Mais merci pour le soutien! Nous n'abandonnons jamais", a ajouté Francken sur Twitter.

"Avec les salutations du PS et de leur bourgmestre-agitatrice Muriel Targnion"

Déjà lu?