Theresa May est de retour à Bruxelles ce mercredi, mais est-ce vraiment utile?

La Première ministre britannique doit présenter un nouveau plan de gestion de la frontière irlandaise devant l'Union européenne ce mercredi. Mais les dirigeants européens semblent n'avoir aucunement envie de revenir sur un accord qui avait déjà été approuvé.

Theresa May a rendez-vous ce mercredi après-midi avec Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Les deux dirigeants doivent discuter de la façon dont le Royaume-Uni pourrait mettre en place une union douanière. Avec toujours cette question épineuse du "backstop", un moyen d'éviter de mettre en place une "vraie" frontière irlandaise.

Aucune rencontre n'est prévue avec le président du Conseil européen Donald Tusk. Ce dernier avait choqué les partisans du Brexit en s'interrogeant il y a deux semaines sur le genre de "places en enfer" qui attendraient les Brexiteers.

No-deal

Le Royaume-Uni doit officiellement quitter l'Union européenne le 29 mars. À moins de six semaines de la date fatidique, de plus en plus de politiciens craignent de faire face à un "no-deal", soit une rupture sans accord.

Mais à l'UE, personne ne souhaite rouvrir le dossier. Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, "a réitéré que les 27 ne rouvriraient pas le traité de retrait" négocié avec la Première ministre, a prévenu mardi le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas.

Nombreux sont ceux qui voient cette venue à Bruxelles comme inutile.

Déjà lu?