Les USA plus divisés que jamais: 16 états s'opposent à l'état d'urgence décrété par Donald Trump

Le mur à la frontière mexicaine crée toujours plus la discorde aux États-Unis. La semaine dernière, Donald Trump décrétait l'état d'urgence pour pouvoir financer son mur sans l'accord du Congrès. Quelques jours plus tard, 16 états américain s'allient pour déposer un recours en justice contre cet "abus de pouvoir présidentiel". 

Le mur à la frontière mexicaine est censé protéger les États-Unis de l'immigration illégale mais pour l'instant, il ne fait que diviser le pays. La semaine dernière, Donald Trump décrétait l'état d'urgence pour financer son mur chéri sans l'accord du Congrès, puisqu'on rappelle que les démocrates refusent de dégager la somme folle de 5,7 milliards de dollars pour le construire. Le président savait à quoi s'attendre, il en paie désormais le prix.

En effet, 16 états américains (sur 50), emmenés par la Californie, se sont alliés pour déposer un recours en justice contre l'état d'urgence. "Nous attaquons le président Trump en justice afin de bloquer son utilisation abusive des pouvoirs présidentiels", a déclaré l’Attorney General (ministre de la justice) de la Californie après le dépôt de la plainte. Parmi les états mobilisés on retrouve le Colorado, le Connecticut, le Delaware, Hawaï, l'Illinois, le Maine, le Maryland, le Michigan, le Minnesota, le Nevada, le New Jersey, le Nouveau-Mexique, New York, l'Oregon et enfin la Virginie.

Xavier Becarra, un farouche opposant à Donald Trump et procureur général de Californie, a déclaré vouloir empêcher Donald Trump de "voler unilatéralement l’argent des contribuables mis de côté en respect avec la loi par le Congrès pour les populations de nos Etats".

Ils ne sont pas seuls

Ces 16 états sont loin d'être seuls puisqu'un groupe de particuliers s'est aussi opposé à la mesure déployée par le président vendredi dernier. En effet, trois particuliers du Texas et un groupe de protection de l'environnement avaient déjà déposé un recours en justice il y a quelques jours, accusant le président américain de violer la Constitution et de porter atteinte à leurs droits de propriété.

On rappelle que plus tôt ce mois-ci, les républicains et démocrates étaient parvenus à un accord qui prévoyaient de dégager 1,4 milliard de dollars pour construire le mur qui faisait office de promesse phare du président pendant sa campagne. Beaucoup trop peu pour Trump qui espérait obtenir ses 5,7 milliards. Tous ces recours risquent de ralentir la procédure lancée par le président mais elles ont très peu de chance d'empêcher la construction du mur. Le président n'a pas encore réagi à ce recours collectif.

Déjà lu?