Il tombe de la neige noire en Sibérie, un désastre environnemental et humain

Les habitants d'une ville en Sibérie ont posté des vidéos étranges. On y voit les rues et les bâtiments recouverts d'un épais manteau noir. La région de Kouzbass est en fait une immense zone minière, l'une des plus importantes au monde. L'extraction du charbon, suite à une demande croissante, répand de fines particules dans l'air. 

Des images irréelles. Et pourtant dans la ville de Mysky, en Sibérie, les habitants sont témoins de ce qu'on peut qualifier de neige noire. Ils n'ont pas hésité à publier sur les réseaux sociaux ce que Poutine aurait sans doute voulu garder secret: cette région de la Sibérie est la proie de tombées de neige toxiques constituées de particules de charbon.

Des quartiers entiers sont recouverts par cette épaisse couche de neige noire. Et pour cause, de nombreuses mines de charbon carburent à plein régime. Avec des conséquences dramatiques pour les 2,6 millions d'habitants que compte cette région du sud de la Sibérie occidentale.

Le bassin du Kouzbass contient les plus grandes réserves de charbon du monde. Un territoire qui égale la surface de la Belgique et creusé par endroit à plus de 1.800 mètres de profondeur. On estime à 725 milliards de tonnes les quantités de charbon.

Malades

L'espérance de vie y est de trois années inférieures au reste de la Russie. Les hommes y atteignent difficilement la soixantaine. Le nombre de cancers, d'infirmités motrices cérébrales (qui touchent les enfants) et de tuberculoses est au-dessus de la moyenne nationale.

"Il est plus difficile de trouver de la neige blanche que noire, a expliqué Vladimir Slivyak du groupe environnemental Ecodefense. "Il y a toujours eu beaucoup de poussières de charbon dans l'atmosphère, et quand il neige, elles deviennent visibles. On ne peut pas le voir le reste de l'année, mais l'air y est également intoxiqué."

Cette poussière contient une variété de métaux lourds dangereux, dont l'arsenic et le mercure. Le problème est amplifié par le fait que le charbon est chargé sur des wagons ouverts. Le vent et la pluie le chassent et il aboutit finalement dans les rivières le long des voies ferrées. Cette poussière pénètre ensuite au plus profond des eaux souterraines pour finalement atteindre les organismes.

Pire, le phénomène tend à s'amplifier. Là où l'extraction est parfois interdite dans d'autres régions du monde, la Russie met les bouchées doubles. Le pays de Vladimir Poutine souhaitait extraire 420 millions de tonnes de charbon l'année dernière. La production devrait atteindre les 560 millions de tonnes d'ici 2030 ce qui signifie encore davantage d'exploitation minière.

Profit

Reste que la Région ne bénéficie pas de l'exploitation de charbon. La majeure partie des bénéfices prennent la direction de comptes étrangers et le personnel est en chute libre grâce à l'amélioration des techniques d'extraction. Du coup, la jeunesse prend la fuite.

Certaines personnes élèvent la voix contre ce cataclysme environnemental. Mais les villageois qui se révoltent contre les mines sont systématiquement intimidés ou arrêtés. Dans le village d'Apanas, des manifestants ont été récemment arrêtés et détenus pendant trois jours. Ils ont également reçu une amende de 135 euros, une fortune pour les travailleurs du Kouzbass.

Une aide extérieure à la Russie n'est pas attendue immédiatement. La Russie exporte principalement son charbon en Europe et dans le reste de l'Asie, et ça devrait continuer ainsi.

Déjà lu?