Tu peux enfin supprimer tes messages gênants sur Messenger

Les messages écrits trop vite sous le coup de l'émotion, les petits coeurs envoyés sans faire exprès, les pouces levés par mégarde, les fautes de frappe, les envois aux mauvais destinataires... tout ça, tu pourras les supprimer sur Messenger. Encore faudra-t-il le faire avant que le destinataire ne le voit.

"As-tu déjà envoyé par inadvertance quelque chose au mauvais groupe d'amis, mal tapé quelque chose ou simplement voulu supprimer un message dans une conversation? Tu n'es pas le seul!", écrit Messenger lundi sur son blog.

Pour palier à ces erreurs, l'entreprise lance "une fonctionnalité permettant de supprimer facilement ton message sur Messenger, qu'il s'agisse d'une personne ou d'un groupe". Si tu es bourré, si tu as écrit trop vite, si ton application buggait... bref, quelle que soit la raison pour laquelle tu as écrit "de la merde", Facebook t'offre une seconde chance. Par contre, ton destinataire sera informé que tu as supprimé un message. Seulement, il n'en connaîtra pas le contenu.

Comment faire?

Pour supprimer ton message, rien de plus simple. Il te suffit de tapoter deux fois le message en question si tu es sur ton téléphone, ou de cliquer sur les trois petits points à gauche du message si tu es sur un ordinateur.

Tu as dix minutes suivant l'envoi pour le faire. Tu peux choisir entre l'option "Supprimer pour tout le monde" ou "Supprimer pour toi". Le message supprimé sera remplacé par un texte alertant tous les participants à la conversation que le message a été supprimé.

Google a récemment ajouté cette même fonctionnalité dans son service de messagerie. Sur Google Mail, tu as la possibilité d'annuler un envoi durant un temps limité. Ce temps, c'est toi qui doit le définir mais les options sont de 5, 10, 20 ou 30 secondes. Jack Dorsey, le patron de Twitter, a également annoncé récemment qu'il étudiait la possibilité de modifier ses tweets dans les quelques minutes qui suivent l'envoi. Parce qu'il arrive à tout le monde de faire des erreurs.

© Messenger

Déjà lu?