Les marches pour le climat? Un complot, pour la ministre flamande de l'Environnement (qui s'est rétractée ensuite)

Ce n'était très certainement pas la phrase à prononcer en cette période et lorsqu'on occupe cette fonction. Mais elle l'a fait. Joke Schauvliege (CD&V), la ministre flamande de l'Environnement, de la Nature et de l'Agriculture, a affirmé samedi que les manifestations pour le climat étaient le fait d'une conspiration à son encontre. Elle est depuis revenue sur ses propos.

Les théories du complot émergent souvent depuis des esprits paranoïaques qui estiment être au coeur d'un univers qui leur veut du mal. Est-ce le cas de la ministre flamande de l'Environnement, de la Nature et de l'Agriculture Joke Schauvliege (CD&V)? Sans doute que non. Mais ses propos tenus samedi dernier face à des agriculteurs avaient tout de même toute la saveur des théories conspirationnistes.

Schauvliege a déclaré que les manifestations pour le climat étaient ourdies par des organisations de défense de la nature dans le but de lui faire du mal. Ces organisations l'auraient rencontrée au début de son mandat et l'auraient menacée de se venger. Pourquoi? Parce que le CD&V a soutenu les grandes manifestations agricoles de 2003, a affirmé la ministre aux agriculteurs de Flandre orientale. Et ce soutien du CD&V aurait favorisé la démission de la ministre de l'Environnement de l'époque Vera Dua (Groen).

Une querelle mal digérée?

"Ils n'ont pas encore digéré ce qui s'est passé à l'époque, quand Vera Dua était ministre [en 2003, ndlr]. À cette époque, j'étais encore impliquée dans les grandes manifestations des organisations agricoles, qui ont lourdement pesé sur sa carrière et l'ont brisée", a déclaré Schauvliege.

"Plusieurs organisations pour la nature m'ont déclaré au début de ma législature, il y a trois ans et demi: "attendez, parce que la vengeance est un plat qui se mange froid. Nous ferons également des manifestations, mais dans l'autre sens". Ce qui a été mis en scène au cours des dernières semaines en ce qui concerne le climat et ce qui se passe, c’est le mouvement inverse. Beaucoup de gens ne s'en rendent pas compte. Je sais qui est derrière tout ce mouvement, les manifestations du dimanche et les marches pour le climat de jeudi. La Sûreté de l'État me l'a confirmé."

"Joke The Joke"

Il va de soi que pareilles déclarations ont déclenché une énorme vague de réactions Joke est devenue "The Joke" ("La blague", en anglais), comme on peut le lire dans de nombreux tweets en flamand. Devant la polémique, la ministre est revenue sur ses propos, avouant s'être un peu emportée. "J'ai réexaminé mon discours et effectivement, je me suis exprimé trop fortement et incorrectement en évoquant la Sûreté de l'État. Mes excuses à ceux que j'ai pu blesser."

Mais le mal est fait. Ce mardi, Kristof Calvo, chef de groupe de Groen à la Chambre, a tweeté: "Anuna De Wever [l'organisatrice des jeudis pour le climat, ndlr] avait 2 ans en 2003. La génération climatique veut de nouvelles solutions, pas de vieux conflits. C'est dommage que nous ayons (encore) une ministre qui attise le conflit entre les jeunes pour le climat et les agriculteurs, alors qu'ils pourraient être alliés."

Le CD&V n'a pas encore réagi officiellement.

Déjà lu?