Il y aura encore plus de trottinettes électriques dans Bruxelles grâce à Flash

Après les trottinettes électriques vertes et noires de Lime, ce sont les trottinettes noires et blanches de Flash que tu vas commencer à voir un peu partout dans Bruxelles. L'entreprise venue de Berlin s'est lancée ce jeudi dans la capitale. Son objectif? Pallier à la demande de micro-mobilité.

Avec le dérèglement climatique, la question de la mobilité urbaine est sur toutes les lèvres. Comment faire pour réduire son empreinte écologique? Que choisir comme alternative à la voiture? Les transports en commun suffisent-ils réellement pour nous mener d'un point à un autre? Les trottinettes électriques ont l'ambition d'être l'alternative de micro-mobilité qui nous manquait: un moyen de transport léger et rapide qui pollue (un peu) moins que le reste.

À Bruxelles, nous avions déjà Lime, un système de partage de trottinettes soutenu par Google et Uber. Ou encore Bird et Troty. Géolocalisés et bloqués par des alarmes, ces véhicules qui se libèrent grâce à une application connectée commencent doucement à entrer dans les usages bruxellois. Il n'aura pas fallu longtemps pour qu'un nouveau concurrent se lance sur le marché: Flash. Ce jeudi, Flash a lâché ses trottinettes électriques noires labellisées "This is not a scooter" / "Ceci n’est pas un scooter" dans les rues de la capitale.

Alternative sûre et efficace

Flash n'a pas peur des mots. La société indique offrir "une solution de mobilité, en complémentarité avec la STIB et la SNCB". Ainsi, ces "trottinettes électriques constituent une alternative sûre, pratique, abordable et confortable aux voitures peu efficaces". Selon Flash, il y a une distance à couvrir entre les arrêts des transports (gare de train, arrêt de bus...) et l'entrée des maisons. Plutôt que de la faire à pied, pourquoi ne pas le faire sur deux roulettes, les mains sur un guidon et les pieds en équilibre sur un plateau?

"Le réseau de transport public européen est l'un des meilleurs au monde. Toutefois, il peut souvent sembler fragmenté. Par définition, le métro ne peut pas s'arrêter devant la porte de chaque citoyen. Dès lors, les trottinettes de Flash peuvent contribuer à résoudre ce problème en s’intégrant aux offres des transports en commun, et devenir ainsi une solution efficace et abordable pour le dernier kilomètre", précise l'entreprise de micro-mobilité basée à Berlin.

En accord avec la Région

On se souvient du désastre de GoBeeBike, ces vélos en libre service qui voulait faire concurrence aux Villo. Les deux roues étaient souvent vandalisés, détruits et abandonnés. Un trou financier pour l'entreprise. En Chine, l'économie du bike-sharing s'est tellement plantée que des cimetières de vélo sont apparus. La crainte est donc de voir le même scénario s'appliquer aux différentes entreprises de trottinettes en libre service.

Mais Lime, autant que Bird ou même Troty, semblent pour l'instant tenir la route. Ce qui rend Flash assez confiante. Ses trottinettes seront déployées "autour des arrêts de transports en commun et des gares afin d'offrir un moyen de transport efficace pour parcourir le dernier kilomètre".

L'entreprise a le soutien de Région bruxelloise et de Pascal Smet (sp.a). "Je crois aux solutions de micro-mobilité partagée à Bruxelles", déclare le ministre bruxellois de la Mobilité. "Notre ville a été construite en tant que ville destinée à accueillir des voitures grâce à l’aménagement de grandes infrastructures routières et de parkings. La ville du futur doit être conçue à taille humaine, pour les citoyens".

Reste à voir comment s'adapteront les Bruxellois à ce nouveau mode de transport.

L'appli est disponible sur Google Play et l'App Store.

Déjà lu?