Harcèlement et intimidations: quand Mathot et Moreau tentent de museler la presse

Stéphane Moreau et Alain Mathot sont-ils vraiment transparents? Non. Quand les journalistes d'investigation David Leloup et Tom Cochez viennent enquêter sur la gestion de leurs affaires, ils réagissent avec des intimidations et des harcèlements. 

Tu te souviens de Stéphane Moreau, l'homme au coeur du scandale Publifin? Ancien bourgmestre de Ans, cet ex-poids lourd du PS exerçait son influence au travers d'une multitude de postes. À un moment donné, en 2008, il cumulait 29 mandats, fonctions et professions. En 2017, il n'était plus "qu'à" 20 postes. Forcément, pareil présence intrigue les journalistes d'investigation les plus chevronnés.

C'est le cas de David Leloup et Tom Cochez qui ont tous deux réalisé plusieurs enquêtes pour le magazine Le Vif-L'Express et le site d'investigation Apache. Mais ces recherches n'ont pas plu aux personnes décrites dans leurs articles. Leurs réactions? Harcèlement et intimidation des deux journalistes. L'affaire a été portée devant le Conseil de l'Europe.

Liberté de la presse?

Le Conseil de l'Europe dispose d'une Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes. Sur celle-ci, les associations de défense de la presse peuvent déposer des alertes permettant "aux organes et aux institutions du Conseil de l’Europe (...) d’agir de façon rapide et coordonnée quand cela s’avère nécessaire".

Dans le cas de Leloup et Cochez, l'alerte parle de "plaintes multiples émanant d'entreprises ou d'individus proches de l'homme d'affaires Stéphane Moreau".

"David Leloup a été la cible de cinq plaintes et de deux menaces de plaintes, en un peu moins d'un an, entre le 5 janvier et le 28 décembre 2018. Le journaliste doit notamment répondre d'une plainte pénale déposée par la société Semeb et de quatre plaintes au Conseil de déontologie journalistique (CDJ), déposées par Alain Mathot et les sociétés Nethys SA et Ogeo Fund. Deux autres menaces de plaintes judiciaires ont été annoncées par l'homme d'affaire bruxellois Dominique Janne et par Ogeo Fund."

"Le journaliste Tom Cochez est par ailleurs ciblé par deux plaintes déontologiques et deux menaces de plainte judiciaire, dont une vise également le média en ligne d’investigation flamand Apache, qui collabore avec Le Vif-L'Express sur ces dossiers d'investigation."

Le Conseil de déontologie journalistique a estimé que la plainte d'Alain Mathot (PS) du 30 décembre 2017 contre David Leloup était non fondée.

Déjà lu?