Tidal a-t-elle bidonné les chiffres de streaming de Beyoncé et Kanye West?

Tidal ne serait pas la réussite qu'elle prétend être? C'est ce qu'avance une enquête lancée en Norvège. La plateforme de streaming est accusée d'avoir gonflé les chiffres d'écoute des albums de Beyoncé et de Kanye West.

"Ce sont vraiment des musiciens qui font de la musique et traitent de musique", déclarait Jay-Z en 2015, lors du lancement de Tidal. Sa plateforme de streaming était présentée comme un pied de nez à l'industrie musicale, une façon de ramener le travail des artistes au coeur de la musique et de se défaire de tout l'aspect commercial qui gangrène l'essence même des objectifs des artistes.

Mais cet aspect aurait-il été oublié une fois que la réalité de la gestion de Tidal est apparue? Une enquête est actuellement en cours en Norvège sur le service de musique en streaming. La plateforme hébergeant plus de 60 millions de titres et disponible dans 52 pays est accusée d'avoir gonfler les chiffres d'écoute des albums "Lemonade" de Beyonce, également épouse de Jay-Z, et "Life of Pablo" de Kanye West, ami proche de Jay-Z.

320 millions d'écoutes fictives

C'est au mois de mai 2018 que l'affaire a surgi. Selon un article du journal norvégien Dagens Næringsliy (DN), Tidal aurait inventé 320 millions d'écoutes pour les deux albums de Queen B et de Yeezus. Ce qui aurait permis à la boîte de Jay-Z d'augmenter artificiellement les redevances indues aux maisons de disque des deux artistes.

Coïncidence ou pas, il s'est avéré que le mois même où des informations ont été publiées sur les faux chiffres diffusés en streaming, Tidal a eu du retard sur les paiements de redevances à trois grandes maisons de disques. En outre, le service de diffusion a été accusé d’avoir gonflé son nombre total d’abonnés de 350.000 à 1 million.

Après ces révélations, l’Authority for Investigation of Economic and Environmental Crime (Økokrim), l'autorité norvégienne qui enquête sur les fraudes économiques, s'est penchée sur le cas Tidal. Cette enquête a été ouverte à l’automne 2018, après que quatre organisations de musique norvégiennes aient déposé des plaintes à la police à propos d'une fraude

Tidal nie

La plateforme de streaming a nié l'existence de ces fraudes. "Tidal n'est pas un suspect dans l'enquête", a indiqué un porte-parole à The Verge. "Nous communiquons avec Økokrim. Dès le début, DN a cité des documents qu’ils n’ont pas partagés avec nous, malgré nos demandes répétées. DN a maintes fois formulé des réclamations sur la base d'informations qui, à notre avis, pourraient être falsifiées. Nous sommes conscients qu’au moins une personne soupçonnée de vol a été interrogée. Nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment."

Tidal a été créée en 2015, sous l'impulsion de Jay-Z. Son objectif était d'offrir aux passionnés de musique un service de qualité et de l'audio en haute-définition. La plateforme était soutenue par un grand nombre d'artistes qui pèsent dans l'industrie musicale. Parmi eux, il y avait Alicia Keys, Beyoncé, Calvin Harris, Chris Martin (le chanteur de Coldplay), Daft Punk, Damian Marley, deadmau5, Indochine, J. Cole, Jack White (The White Stripes), Shawn “JAY Z” Carter, Kanye West, Lil Wayne, Madonna, Nicki Minaj, Rihanna, T.I. ou encore Usher.

La plateforme voulait vraiment se démarquer des autres fournisseurs de musique en streaming, mais elle a rapidement été rattrapée par la concurrence. Deezer, iTunes, Spotify et même Google Play offrent la possibilité d'écouter de nombreux albums hébergés sur Tidal. Certes, les musiques qu'ils proposent sont en format mp3 320 kbps, ce qui est une qualité sonore inférieure au format Flac disponible sur Tidal. Mais pour voir la différence, il faut déjà avoir une très bonne oreille. Ce qui, au vu des écoutes de Beyoncé et Kanye West sur les autres plateformes, ne semble pas être un détail très important pour le grand public.

 

Déjà lu?