Nouvelle alerte climat: les océans se réchauffent plus vite que prévu

Une nouvelle étude montre que le réchauffement climatique lié aux activités humaines entraîne une hausse des températures plus rapide que prévu. L'étude est encore plus alarmiste que le dernier rapport du Giec. 

Si nous commençons sérieusement à être les témoins directs des effets du réchauffement climatique, il reste difficile de ressentir une quelconque hausse des températures. En fait, 93% du réchauffement climatique est absorbé par les océans. Ils constituent donc un bien meilleur indicateur pour mesurer cette augmentation moyenne.

Des scientifiques chinois et américains se sont donc directement penchés sur l'étude des océans. Et leurs prévisions, publiés dans le magazine Science, sont encore plus pessimistes que le dernier rapport du Giec, Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique qui fait autorité.

À l'aide de 4.000 bouées, leurs nouvelles méthodes de calcul, plus précises, indiquent que la température moyenne des océans est plus élevée que prévu. Ils ont pu comparer leurs résultats avec quatre études précédentes.

Dans les océans, l'impact du réchauffement est déjà visible: malgré quelques signes de récupération, on sait que le blanchissement du corail reste un énorme problème. Les populations de certaines espèces de poisson sont également critiques, ce qui provoque parfois des pénuries. Sans compter la hausse du niveau de la mer: un océan plus chaud prend plus de place.

30 centimètres

"Les océans sont vraiment le meilleur thermomètre à notre disposition pour mesurer les changements sur Terre", a indiqué au New York Times un des scientifiques. Or, depuis 2000, les océans se sont réchauffés presque chaque année.

Les 4.000 robots-bouées, actifs depuis cette époque, continueront à effectuer leur travail en mesurant la température, mais également le pH et la salinité de l'eau. Baptisé Argo, ce système a permis une nette amélioration au niveau de la précision des mesures. Avant cela, les instruments donnaient des résultats beaucoup plus aléatoires, ce qui ne rendait pas toujours faciles les comparaisons.

Mais par rapport au dernier bilan qui date de 2013, les scientifiques sont formels: le réchauffement des océans s'emballe. Si rien n'est fait pour limiter les gaz à effet de serre, principaux responsables du réchauffement climatique, la température moyenne des océans pourrait grimper de 0,78°C. Concrètement, cela signifie une hausse du niveau de la mer de 30 centimètres. Et des phénomènes météo de plus en plus extrêmes.

Déjà lu?