Cristiano Ronaldo accusé de viol: la police de Las Vegas demande des échantillons d'ADN

La police de Las Vegas a émis un mandat réclament de pouvoir analyser des prélèvements d’ADN de Cristiano Ronaldo. Le quadruple ballon d'or est visé par une enquête depuis qu'il est accusé d'avoir violé une mannequin en 2009. L’attaquant de la Juventus nie les faits.

Cristiano Ronaldo aurait sauvagement agressé la mannequin Kathryn Mayorga en 2009, dans une chambre d'un hôtel de Las Vegas. La mannequin américaine a révélé l'affaire il y a quelques mois et depuis, la police de Las Vegas (LVMPD) enquête activement sur l'affaire. Elle a émis un mandat d'arrêt pour obtenir un échantillon de l'ADN de la superstar du football portugais.

"La LVMPD a pris les mêmes mesures dans cette affaire que dans toute autre agression sexuelle pour faciliter la collecte de preuves génétiques", a déclaré la porte-parole de la police Laura Meltzer. "Nous pouvons confirmer qu'une demande officielle a été soumise aux autorités italiennes." Selon le Wall Street Journal, la police aurait envoyé le mandat devant un tribunal italien, là où s'entraîne actuellement Ronaldo pour son club, la Juventus.

Ronaldo nie

Selon l'hebdomadaire Der Spiegel, qui a publié pour la première fois l'article sur les accusations en octobre 2018, Mme Mayorga a déposé un rapport auprès de la police de Las Vegas peu après l'incident allégué. Le magazine allemand ajoute qu'en 2010, la mannequin aurait conclu un règlement à l'amiable avec Ronaldo impliquant un paiement de 375.000 $ (325 .300 euros) pour ne jamais divulguer publiquement les détails de cette affaire.

L'attaquant de la Juventus a toujours nié avoir agressé violemment Mayorga. Aujourd'hui encore, il maintient "que ce qui s'est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle", a déclaré jeudi son avocat Peter S. Christiansen. Les enquêteurs de Vegas veulent vérifier si l'ADN retrouvé sur la robe de la plaignante correspond bien à celui du quadruple ballon d'or. Ce qui amène Christiansen à cette conclusion: "Il n'est pas surprenant qu'il y ait de l'ADN, ni que la police fasse cette demande très standard dans le cadre de leur enquête."

Déjà lu?