La N-VA va donc claquer la porte du gouvernement

La N-VA va quitter le gouvernement, c'est la seule conclusion que l'on peut tirer ce soir après un Conseil des ministres express. Après 30 petites minutes, la N-VA a quitté la réunion pour donner une conférence de presse: si Charles Michel se rend à Marrakech, les ministres N-VA seront contraints de quitter la majorité fédérale.

C'en est fini du gouvernement Michel I. Celui qui est passé par tant d'épreuves dans une coalition que tout le monde qualifiait de kamikaze. Après quatre années de consensus, la majorité va s’écrouler sur un dossier international: le Pacte de l'ONU pour les migrations.

Les ministres N-VA ont quitté le Conseil des ministres spécial réuni ce samedi soir après seulement une demi-heure. Le parti de Bart De Wever était venu avec une demande: que la Belgique s'abstienne sur le vote du pacte à New York. Les trois autres partis de la majorité (MR-CD&V-Open vld) ont indiqué que cette demande était impossible à accepter. L'interview d'Olivier Chastel dans l'Echo n'ayant pas aidé, la porte est restée hermétique à toute demande de la N-VA.

Les jeux sont faits

La N-VA tente néanmoins un dernier coup de pression. Elle annonce qu'elle quittera le gouvernement, dès que Charles Michel posera un pied à Marrakech au nom de la Belgique.

Mais dans les faits, tout semble déjà acté. Le Premier ministre se rendra bel et bien à la conférence des Nations unies, comme il l'a annoncé au micro de Belga au sortir du Conseil des ministres. Fort de l'appui de la grande majorité des partis à la Chambre, il ira défendre la volonté de la Belgique d'adhérer à ce pacte de l'ONU.

Autrement dit, le gouvernement est toujours en place. Mais il n'est plus que fictif.

Déjà lu?