Nouveau look, nouveau départ: Loïc Nottet veut "explorer d'autres horizons"

Loïc Nottet fait son retour médiatique à l'occasion de la sortie de son nouveau clip "On Fire". On en a profité pour lui poser quelques questions sur son futur, mais aussi sur son nouveau look. Faut dire qu'on n'a failli pas le reconnaître. 

Ta nouvelle chanson ne ressemble pas vraiment à ce que tu as pu faire avant. Peux-tu nous en dire plus?

Loïc Nottet: Je voulais continuer à faire de la pop music. C'est la musique que j'écoute et que j'aime chanter. Mais je voulais faire les choses différemment avec un son frais et nouveau. Avec une touche plus urbaine. Je veux montrer une évolution dans mes créations. Et je veux que les gens le remarquent en se disant "ça, c'est nouveau".

Tu viens de sortir un nouveau clip, ça parle de quoi en fait?

C'est un clip très artistique. On y voit plusieurs danseurs. Nous sommes cinq en tout. Le clip raconte une histoire imaginaire, pas vraiment réaliste. Nous sommes chacun dans un univers séparé. Le clip met en scène un dragon que nous devons tous affronter. À la fin du clip, je parviens finalement à l'apprivoiser. Pour moi, ce dragon symbolise les problèmes auxquels j'ai dû faire face dans ma vie. Le dragon provoque la peur, ce qui le rend difficile à approcher. C'est souvent le cas dans la vie réelle avec nos problèmes. Mais on voit à la fin du clip que je deviens ami avec le dragon. Ça veut tout simplement dire que vous devez faire face à vos problèmes. Aller au-delà de la peur qu'ils provoquent. C'est un message de courage et de force.

4 personnalités

Pour toi "On Fire" représente les quatre personnalités qui sommeillent en toi: le charmeur, l'enfant, le clown et le solitaire mélancolique. Explique-toi?

Loïc Nottet: La chanson reflète les quatre différentes humeurs que j'ai pu ressentir en composant la chanson. Je voulais personnifier ces émotions, les rendre réalistes. Je pense que nous avons tous un côté enfantin, charmeur, farceur et mélancolique. Je voulais transformer ça en quelque chose d'artistique. Ces personnages sont très importants pour moi.

Pour ce nouveau clip, tu as travaillé avec Sacha Skarbek. Quelle a été son influence sur ta musique?

Il m'a beaucoup aidé. Je suis allé pour la première fois en Angleterre pour enregistrer le morceau. Son expérience m'a été d'une grande aide et une source de changement. Au début, j'étais plutôt intimidé. J'ai vu tous ses grands morceaux accrochés sur les murs du studio: ses collaborations avec Adèle, Lana Del Rey ou encore Miley Cyrus. Sacha m'a appris une approche de la langue anglaise que je n'avais pas avant. Je suis arrivé avec des phrases et des morceaux de textes que j'avais déjà écrits. Nous avons tout passé en revue et on a tout réécrit ensemble. "Ce mot-là, cette phrase comme ça". Nous avons tout reconstruit pierre par pierre. Le résultat est un mur sur lequel nous nous retrouvons. Une toute nouvelle manière d'aborder l'écriture.

On n'a pas pu s'empêcher d'observer ton nouveau look, cheveux blancs et style vestimentaire différent: c'est une manière pour toi de marquer un nouveau départ?

C'était un peu l'idée oui. Je veux apporter quelque chose de nouveau, quelque chose de frais. L'ensemble du projet a été repensé, le look compris. J'ai donc pensé à une nouvelle apparence qui collerait avec le nouveau projet. J'ai dit au revoir à la couleur noire pour porter des vêtements plus colorés. Et oui, mes cheveux sont blancs maintenant.

Tu comptes sortir un nouvel album?

Oui.

Déjà une date de sortie en tête?

Non. Ce sera surement avant 2019. Nous sommes en train de lancer les singles avec des clips vidéos. Un nouveau look et tout le visuel qui va avec. On veut d'abord voir comme le public réagit.

Chanter ET danser

Ce n’est pas trop éprouvant de danser et de chanter en même temps?

Oh oui, c'est difficile.

Comment t’en sors-tu?

J'essaye de me concentrer. Je ne dois pas mettre trop d'énergie dans la danse ou le chant. C'est important de garder un bon équilibre entre les deux. J'y travaille toujours et je tente de pousser ces deux passions à un niveau plus haut.

Qu'est ce que tu fais quand tu n'es pas occupé par la musique? Comment tu te détends?

Je regarde beaucoup de films et de séries.

Tu pèses sur les réseaux sociaux, spécialement sur Instagram, c'est quoi ton secret?

Aucune idée. Je ne suis pas vraiment d'exemple ou de règles strictes. J'essaye de ne pas balancer continuellement des Stories ou des photos de moi. J'ai la chance d'avoir des fans qui viennent à moi, donc je ne dois pas aller les chercher. Je ne raconte pas non plus ma vie privée sur les réseaux sociaux. Je n'aime pas ça.

L'après-Eurovision

En 2015, tu as représenté la Belgique au concours Eurovision de la Chanson (4e). Comment vois-tu ta prestation avec le recul?

C'était une expérience fantastique qui m'a ouvert beaucoup de portes. Je n'ai pas le moindre regret. J'étais habitué au showbiz (The Voice), j'ai ensuite appris à gérer la communication, la presse...

C'était tout de même difficile de rebondir après ça? Les gens devaient avoir de grandes attentes? Pression ou pas?

C'était assez effrayant. Après "Rythm Inside" est arrivé "Million eyes". Je me demandais si les gens allaient apprécier, car c'était fort différent. C'était un risque.

Influences

Si tu avais carte blanche et que pouvais travailler avec un artiste, tu choisirais qui?

Imagine Dragons. J'aime l'énergie que ces gars apportent. J'aime leur musique. Il n'y a pas une chanson que je n'apprécie pas d'eux. J'aime l'atmosphère qui les entoure.

Quelles sont tes principales influences?

À part Imagine Dragons, je dirais Lana Del Rey, Sia, Dua Lipa... j'aime la pop. Ces artistes m'inspirent. Leur charisme, leur look, leur timbre de voix.

Flandre et Wallonie

Toi qui es connu des deux côtés de la frontière, tu remarques une différence entre la Wallonie et la Flandre?

C'est différent. En Flandre je parle en anglais au public parce que mon néerlandais n'est pas bon. Mais en termes d'ambiance, il n'y a pas vraiment de différence. Mon public est toujours amical et chaleureux. Ils me le montrent aussi au nord du pays, donc il y a beaucoup de similarités.

Où te vois-tu dans dix ans?

J'aimerais vraiment être toujours présent en tant qu'artiste. Je serai de toute façon occupé avec la musique. Et pourquoi pas peut-être avec le cinéma. Je vais certainement explorer d'autres horizons. Et j'espère pouvoir encore écouter des artistes engagés.

As-tu des projets d'avenir, excepté ton nouvel album?

J'aimerais partir en tournée. Mais je ne sais pas encore quand. Ça dépendra de la sortie de l'album.

Tu as un message à adresser à nos lecteurs?

Merci d'avoir lu l'interview. Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont soutenu. Sans fans, un artiste n'est pas grand-chose. Vous pouvez faire autant de musique que vous voulez, si personne n'écoute, ces chansons n'existent pas vraiment. Un grand merci. J'espère que je ne vous décevrai jamais.

Déjà lu?