"Sire, le pays prend l'eau": cette lettre de Greenpeace au Roi a récolté 25.000 signatures en 24 heures

Un peu moins d'une semaine après la Marche pour le Climat de Bruxelles, Greenpeace adresse une lettre pleine d'inquiétude au Roi Philippe. Cette lettre ouverte disponible en ligne a déjà été signée par plus de 25.000 personnes en 24h. 

Dimanche dernier, 75.000 personnes se rassemblaient à Bruxelles pour réclamer des changements au niveau des politiques environnementales. Quelques jours plus tard, la Belgique rejetait plusieurs directives européennes en faveur du climat tandis que Marie-Christine Marghem faisait un petit aller-retour très polluant en avion jusqu'en Pologone pour assister à la COP24.

Il y a de quoi s'inquiéter selon Greenpeace qui a décidé d'adresser une lettre ouverte ou Roi Philippe. Car selon l'ONG, le gouvernement "ne maîtrise pas le défi que représente le réchauffement climatique et qu’il ne réalise pas non plus l’urgence de la situation." Cette lettre disponible en ligne, a déjà récolté plus de 25.000 signatures en seulement 24h, preuve de l'inquiétude d'une grande partie des Belges.

Message aux politiciens

Dans un communiqué publié ce vendredi, Greenpeace déclare ceci: "Le 2 décembre dernier, 75.000 citoyens ont inondé les rues bruxelloises et hier, 500 enfants ont remis des lettres au parlement. Ils exigent plus d’ambition climatique, mais nos dirigeants politiques restent sourds à ce signal." Alors, ils ont décidé de passer par le Roi pour que celui-ci mette la pression sur les personnalités politiques du pays.

"Bien sûr, nous savons que le Roi ne peut résoudre à lui seul le problème du climat mais nous lui demandons d’adresser un message clair aux politiciens: le climat n’attend plus" peut-on lire dans le communiqué. L'ONG regrette également que le gouvernement se déchire à propos du pacte migratoire alors que la situation climatique n'a jamais été aussi alarmante et que la COP24 bat son plein.

Greenpeace en profite d'ailleurs pour rappeler que des décisions cruciales doivent être prises dans les prochains mois pour une "politique climatique ambitieuse". Cela passe par l'élaboration d'une loi climatique qui respecte l’Accord de Paris ainsi que la mise en place d’un pacte national de Mobilité qui vise à mettre fin aux voitures diesel et essence d'ici 2028 et à améliorer l'offre des transports en commun.

Déjà lu?