Explosion, autopompes, lacrymo: la manif des Gilets Jaunes à Bruxelles a complètement dégénéré

Après Paris samedi dernier, c'est au tour de Bruxelles d'accueillir des centaines de gilets jaunes. Après une matinée relativement calme malgré quelques arrestations, la situation a dégénéré en début d'après-midi: les manifestants ont lancé pavés et pétards sur les forces de l'ordre qui ont répliqué avec des autopompes et lacrymo. 

Dans la matinée, entre 200 et 300 Gilets Jaunes se sont rassemblés au carrefour Arts-Lois en plein centre de Bruxelles. Dans un premier temps, le rassemblement s'est déroulé dans le calme même si la circulation était entièrement bloquée. Malgré tout, une soixantaine de personnes ont été arrêtées car elles étaient en possession de matériaux dangereux et prohibés.

Mais la situation a vite dégénéré lorsque des manifestants ont lancé des pétards sur les forces de l'ordre ainsi que des pavés qu'ils avaient préalablement arrachés sur la chaussée. En fait, les Gilets Jaunes tentaient de s'introduire dans la zone neutre, plus précisément sur la Rue de la Loi, en lançant des slogans contre Charles Michel et son gouvernement. Les autorités les ont donc repoussés. Cela n'a pas empêché les manifestants de renverser et d'incendier des voitures de police sur la rue de la Loi.

C'est sur le boulevard Régent que les affrontements ont eu lieu (voir tweet ci-contre). La police a eu recours aux autopompes pour disperser les manifestants mais cela risque d'aller plus loin car aux alentours de 13h45, la RTBF annonce que les forces de l'ordre ont sorti leur masque à gaz, geste qui précède généralement les jets de grenades lacrymogènes. Et effectivement, quelques minutes plus tard, du gaz lacrymogène était lancé sur les Gilets Jaunes situés en première ligne, qualifiés de casseurs par la RTBF.

Voici une longue vidéo illustrant les affrontements entre policiers et manifestants

Ici, des voitures de police en feu

Ici, les premiers jets de pétards à l'encontre des forces de l'ordre

Des panneaux de signalisation ont été arrachés

Des chantiers ont été pillés

Déjà lu?