La société de Trump voulait offrir à Poutine un penthouse à 50 millions de dollars

En 2016, l'organisation Trump a voulu offrir au président russe Vladimir Poutine un appartement dans la tour que Trump voulait construire à Moscou. Valeur? 50 millions de dollars (43 millions d'euros). À l'époque, Trump était candidat à la présidence. Il voulait être sûr que le projet se réalise, ce qui aurait permit de doubler le prix des appartements dans la tour.

L'info émane du site BuzzFeed qui a mis la main sur des discussions entre les enquêteurs du FBI américain et le courtier immobilier Felix Sater, impliqué dans le projet en tant que conseiller. C'est Sater qui aurait conçule plan et l'ex-avocat de Trump, Michael Cohen, en aurait discuté avec un assistant de Dmitri Peskov, le porte-parole de Poutine. Selon Sater, "les oligarques seraient prêt à commettre un meurtre" pour obtenir un appartement situé dans la même tour que Poutine, ce qui doublerait la valeur du projet.

Sater et Cohen ont été en étroite relation avec Donald Trump durant cette période. Interrogé par CNN, l'avocat de Trump, Rudy Giuliani, a nié le fait que Trump puisse être impliqué dans un projet consistant à offrir un appartement à Poutine. "L'histoire est juste une histoire, le président n'en a jamais entendu parler."

Cohen et le projet immobilier qui n'a finalement pas eu lieu jouent un rôle majeur dans l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence de la Russie dans les élections présidentielles américaines de 2016.

Cohen admet avoir menti

Cohen, ancien avocat du président américain Donald Trump, a avoué hier à New York avoir menti au Congrès américain. Cohen a affirmé qu'il avait fait une fausse déclaration concernant le projet immobilier de la Trump Organization à Moscou.

Cela se serait produit lorsque l'avocat a été entendu à huis clos à la fin de l'année dernière par deux comités du renseignement, qui ont examiné les éventuelles ingérences de la Russie lors des élections de 2016.

Selon Cohen, la fausse déclaration visait à donner l’impression que le projet avait été achevé à Moscou avant le début des primaires dans l’État de l’Iowa. Cohen a menti, selon ses propres mots, car il ne voulait pas s'écarter du message politique de la campagne de Trump et par loyauté envers le candidat à la présidence de l'époque. Selon les experts, les aveux pourraient constituer une menace sérieuse pour le président américain.

Six autres crimes

Cohen n'ayant pas réussi à obtenir une réduction des peines avec le procureur spécial Robert Mueller, peut-être espère-t-il maintenant être récompensé pour sa coopération volontaire avec l'enquête de Mueller.

L'ancien avocat du président a déjà été accusé de six autres crimes. Ce sont des crimes liés à sa pratique du droit, parmi lesquels on trouve l'évasion fiscale et la fraude bancaire. Il a également fait deux faux pas en ce qui concerne les règles relatives au financement de campagne et sa décision de coopérer avec l'équipe de Mueller.

Cohen a subit plus de soixante-dix heures d'interrogatoire. Selon des sources, les enquêteurs se seraient focalisé sur les contacts entre les employés de Trump et les Russes, les intérêts commerciaux de Trump en Russie et les éventuels obstacles à l'enquête du président russe.

Stormy Daniels

Cohen a également négocié le silence de deux femmes qui affirmaient avoir eu une relation sexuelle avec Trump. Il n'a pas mentionné le nom du président américain, mais a reconnu avoir effectué les paiements "en consultation avec et au nom d'un candidat à un poste dans une fonction fédérale, dans le but d'influencer les élections". Trump nie les faits - qui se seraient produits avec un modèle de Playboy et la star du porno Stormy Daniels - et affirme qu'il n'a été averti que plusieurs mois après les paiements.

Selon les rumeurs qui circulent à Washington, le procureur spécial Mueller et son équipe ont commencé à rédiger le rapport final de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans la politique américaine. On ne sait pas encore quand cela sera présenté au Congrès.

Hystérique

Trump semble être au courant de l'existence du prochain rapport qui risque d'être douloureux. Il est clair que cela suscite de vives inquiétudes chez le président, qui au travers de ses tweets, devient chaque fois plus hystérique envers le procureur spécial. Sur Twitter, il a, cette semaine, à nouveau mis en doute la légitimité de l'enquête russe. Selon lui, l'enquête de Mueller est une véritable chasse aux sorcières.

Plus tôt cette semaine, il a été révélé qu'un accord entre Mueller et l'ancien chef de campagne de Trump, Paul Manafort, avait échoué. Manafort, qui a promis de coopérer dans l'enquête russe, aurait, selon les procureurs, menti lors de plusieurs interrogatoires. Les avocats de l'ancien chef de campagne nient ces allégations.

Déjà lu?