Jair Bolsonaro, le "Trump tropical", ne veut pas de sommet sur le climat au Brésil l'année prochaine

Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro, a appelé son gouvernement à retirer son offre d'organiser le sommet des Nations Unies sur le climat qui aura lieu l'année prochaine. Bolsonaro, surnommé le Trump tropical, ne croit pas au changement climatique et veut retirer son pays de l'accord de Paris sur le climat. 

Bolsonaro ne croit pas au changement climatique et veut retirer le Brésil de l'accord de Paris sur le climat. Selon lui, la legislation environnementale n'est pas très importante. À tel point que pendant la campagne présidentielle, il avait annoncé vouloir fusionner le ministère de l'Environnement avec celui de l'Agriculture. Une décision sur laquelle il est finalement revenu mais qui ne change rien à ses convictions.

Jair Bolsonaro compte en effet laisser les entreprises développer des activités économiques comme des exploitations minières et forestières dans certaines zones de l'Amazonie qui est toujours une zone protégée, on le rappelle. C'est également ce qu'on appelle le "poumon de la planète". Les autochtones, eux, devront déménager si l'on en croit les déclarations du président brésilien.

L'homme qui a remporté les élections présidentielles en octobre dernier et qui ne prendra ses fonctions qu'au 1er janvier prochain, estime que son pays doit continuer à prendre de telles décisions concernant la forêt amazonienne.

"Principe destiné à contrer la croissance économique"

"J'ai demandé à mon futur ministre des Affaires étrangères de ne pas organiser cet événement au Brésil, mais nous ne voulons pas mettre en péril notre souveraineté", a déclaré Bolsonaro, qui a également souligné les coûts élevés et les difficultés logistiques de l'organisation.

Ernesto Araújo, ministre des Affaires étrangères sous Bolsonaro et grand admirateur de Donald Trump, avait déclaré que le changement climatique était une farce "destinée à contrer la croissance économique du pays". Dans un blog, il écrivait que "la gauche a kidnappé la cause environnementale et l'a pervertie jusqu'au paroxysme".

Accord de Paris

Le mois dernier, le Brésil avant présenté sa candidature pour organiser le sommet des Nations Unies sur le climat qui se tiendra en novembre 2019. Lors de ce sommet, les derniers détails de l'accord de Paris devaient être discutés.

Mais Bolsonaro, âgé de 63 ans, a laissé entendre plusieurs fois qu'il comptait bien se retirer de l'accord de Paris comme son homologue Donald Trump l'avait fait il y a plus d'un an.

Les organisation environnementales sont évidemment scandalisées par les propos du président. "Le Brésil retire sa candidature pour accueillir la COP25, qui avait été formalisée il y a deux mois. C'est une démonstration claire de la politique environnementale du nouveau président" a par exemple déclaré Greenpeace sur Twitter.

Dans un communiqué, l'Observatoire du Climat déplore également cette décision du président brésilien: "C'est lamentable, mais pas surprenant, que le gouvernement brésilien revienne sur son offre de recevoir la COP 25 (...) C'est probablement dû à une opposition de l'équipe du président élu, qui a déclaré la guerre au développement durable à maintes reprises."

Déjà lu?