La Corée du Sud autorise le cannabis médical, mais le récréatif est encore puni de 5 ans de prison

La Corée du Sud est, depuis vendredi dernier, le premier pays d’Asie de l’Est à légaliser le cannabis à des fins médicales. Une décision visant à améliorer et diversifier les traitements des patients atteints d’épilepsie et d’autres maladies rares. Par contre, la consommation de marijuana à usage récréatif est toujours passible de cinq ans de prison.

La Corée du Sud est l'un des pays les plus sévères au monde en termes de sanctions contre les personnes attrapées à fumer de la weed. Un Sud-Coréen surpris à tirer sur un joint pour le plaisir risque de passer les cinq prochaines années de sa vie à croupir en prison. Même si ce joint a été fumé en Californie et que la seule preuve de ce petit moment de détente est une story Instagram, il risque à son retour au pays d'avoir un accueil musclé.

La Corée du Sud n'aime donc pas le cannabis à usage récréatif. Mais quand il s'agit de soigner certains patients, le pays reconnaît l'intérêt du chanvre agricole. Vendredi passé, l’Assemblée nationale sud-coréenne a approuvé la modification de la loi sur les stupéfiants, l'Act on the Management of Narcotic Drugs. Il est maintenant autorisé d'administrer des doses non hallucinogènes de marijuana à des fins médicales.

Contrôles au cas par cas

Alors, forcément, un pays qui sanctionne aussi violemment l'ingestion de stupéfiants dans le simple but d'être foncedé n'autoriserait pas l'usage de beuh médicale sans un contrôle strict. Les patients devront se pointer avec l'ordonnance du médecin chez l'organisme gouvernemental Korea Orphan Drug Center. Celui-ci décidera au cas par cas si les patients méritent d'utiliser cette médecine douce, rapporte le Financial Times. En principe, ce sont les patients atteints d'épilepsie et de maladies rares qui y auront droit.

Côté sanction, il faut croire que la sévérité de la loi sud-coréenne soit suffisamment forte que pour dissuader la population de fumer pour le plaisir. En 2015, 12.000 personnes ont été arrêtées pour avoir consommé du cannabis de façon récréative. Sur les plus de 50 millions d'habitants, ce chiffre peut paraître dérisoire (0,024%). Il participe de la politique menée par le gouvernement de présenter le pays comme une nation sans drogue.

Rappelons qu'en Belgique, un flou juridique plane encore sur la question du cannabis, que ce soit pour l'usage médical ou récréatif. L'usage thérapeutique est autorisé mais la culture reste interdite. Même chose pour la conso rigolote. Culture et détention sont interdites mais les autorités ont tendance à fermer l'oeil si tu possèdes moins de 3 grammes. On est loin des cinq années de prison pour une taffe en soirée.

Déjà lu?