Groen se verrait bien au 16 en 2019: "La rue de la Loi sera verte"

Les "Écolo flamands" se verraient bien dans le prochain gouvernement. Dans son discours de clôture des élections municipales, la présidente Meyrem Almaci a déclaré samedi que Groen souhaitait étendre le succès remporté au niveau local aux prochaines élections. Soit les fédérales et les régionales de 2019.

La présidente de Groen était rayonnante samedi soir. "Nous sommes passés de 308 à 598 membres de conseils municipaux, c'est presque le double. Nous siégeons dans plus de 200 conseils municipaux", a-t-elle déclaré lors du discours de clôture des élections municipales, rapporte la VRT.

"Nous contrôlons 9 conseils dans 15 villes centrales et nous sommes incontournables dans la capitale. Nous sommes de loin le parti le plus favorable aux femmes", a poursuivi Meyrem Almaci. Cette "victoire historique et étonnante", elle souhaite la connaître également en 2019, lors des élections fédérales. "Ensemble avec Ecolo, nous voulons devenir la plus grande fédération fédérale afin de donner encore plus de poids à notre vision écologique."

Verdir la rue de la Loi

Fort de son succès local, le parti écologiste se voit déjà bien aux manettes de l'État. Un succès que Almaci estime obtenu grâce à leur bon travail. "Nous avons été récompensés presque partout où nous avons réussi au cours des six dernières années, ce qui est la meilleure preuve que la recette verte fonctionne."

Selon elle, cette victoire a fait peur aux partis traditionnels. Un choc qui lui ouvrirait la porte du 16 et qu'elle a présenté avec un jeu de mots (qui marche mieux en flamand): "Après les rues des villages, c'est la rue de la Loi qui se colorera de vert" ("na de Dorpsstraat ook de Wetstraat groen te kleuren").

Mieux que l'actuel

La cheffe des Verts s'en est également prise au gouvernement actuel, estimant que ce dernier monopolisait le débat public avec des questions d'identité pour éviter les vrais questions. Et pendant ce temps, les factures continuent d'augmenter, en est-il ressorti de son discours.

"Nous utilisons l'identité comme un moyen d'émanciper les gens au lieu de les diviser. (...) C'est autre chose que de susciter la peur et de permettre à la misère de s'accumuler, de telle sorte que les échecs de notre propre politique soient oubliés", a-t-elle conclu.

Les élections fédérales - comme les régionales - auront lieu le 26 mai 2019. Les mois qui les précéderont promettent d'être animés.

Déjà lu?