Le projet de Brexit sera-t-il approuvé aujourd'hui par les dirigeants européens?

Un sommet européen décisif se tient ce dimanche à Bruxelles. La Première ministre britannique Theresa May va tenter de convaincre les dirigeants européens d'adopter son plan pour sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne.

Après des mois de négociations compliquées et et des dernières semaines chaotiques, Theresa May est parvenue à se présenter ce dimanche à Bruxelles avec un projet de Brexit sous le bras. Après avoir trouvé un accord avec Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, respectivement le président du Conseil européen et le président de la Commission européenne, la Première ministre britannique doit maintenant convaincre les dirigeants des 27 États membres de l'Union européenne.

Le projet de sortie de la Grande-Bretagne, qui fait 585 pages plus annexes et déclaration politique, n'a pas récolté l'adhésion d'un grand nombre de Britanniques. Au sein du cabinet ministériel de May, la dissension s'est faite sentir avec le départ de cinq membres conservateurs et pro-Brexit. Un sondage récent a également révélé que les Britanniques étaient peu convaincus de la nécessité de quitter l'UE.

C'est la raison pour laquelle May a rédigé une lettre dans laquelle elle demande au peuple britannique de la soutenir. Elle leur promet un "avenir meilleur" et assure que l'année prochaine sera "un moment de renouveau et de réconciliation pour l'ensemble de [leur] pays".

"Moment tragique"

Les 27 dirigeants européens sont réunis à l'Europa, le bâtiment qui abrite le Conseil européen, pour débattre du plan déclenché par l'article 50. Donald Tusk, qui a recommandé aux chefs d'État d'approuver le projet de sortie, a cité Freddy Mercury samedi soir: "Friends will be friends, right till the end" ("Les amis resteront des amis jusqu'au bout"). Façon de dire que le départ se fera en toute courtoisie, sans doute.

Pour Juncker comme pour le président français Emmanuel Macron, ce dimanche est à marquer d'une pierre noire. "Le Royaume-Uni qui quitte l'Union européenne est un moment tragique", a déclaré le président de la Commission. "Ce n'est pas un moment pour célébrer. Mais nous avons négocié le meilleur accord possible. Je suis en faveur de cet accord."

L'Espagne, qui bloquait jusqu'il y a peu sur la question de la gestion des 7 kilomètres carrés que représente le rocher de Gibraltar, a finalement accepté de venir à Bruxelles. Elle ne semble pas décidé à mettre son veto sur l'accord. En principe, les dirigeants devraient accepter le projet de Brexit. Une fois que cela sera fait, ce sera au Parlement britannique de l'approuver. Les dés sont jetés.

Le lien pour suivre la rencontre en direct est ICI

Déjà lu?