Huit blessés et 35 arrestations: la manifestation des gilets jaunes à Paris fait des dégâts

Une semaine après le début du mouvement des gilets jaunes, ces derniers se sont rendus en masse sur les Champs-Elysées de Paris pour manifester. Ils étaient environ 5.000 sur la célèbre avenue mais la situation a vite dégénéré. Des casseurs se sont mêlés à la fête, s'en suit des affrontements avec la police qui ont mené à 35 arrestations. 

Ce samedi, ce n'était pas la journée idéal pour chanter du Joe Dassin sur les Champs-Elysées. En effet, une semaine après leurs premières actions, les gilets jaunes s'étaient donnés rendez-vous à Paris pour manifester. Au final, le ministre de l'Intérieur français Christophe Castaner annonce 8000 manifestants dans la capitale dont 5.000 sur les Champs-Elysées. En tout, plus de 80.000 gilets jaunes sont sortis dans la rue ce samedi. Samedi dernier, ils étaient 244.000.

Dès le début du rassemblement, des casseurs se sont mêlés à la foule et ont dégradé le mobilier urbain pour tenter de rejoindre la place de Concorde. Les forces de l'ordre ont rapidement dû envoyer du gaz lacrymogène et utiliser des pompes à eau pour repousser les manifestants. Au final, toujours selon le ministère de l'Intérieur français, 35 personnes ont été interpelées et 22 ont été placées en garde à vue. On dénombre huit blessés, dont deux gendarmes.

Du feu et des pavés

La plus belle avenue du monde n'a pas bien porté son nom ce samedi et elle va garder des séquelles de cette journée. En effet, on a pu observer des gilets jaunes arracher des pavés des Champs-Elysées et renverser des barrières de chantier. Plusieurs manifestants ont même monté une barricade à base de bouches d'égout et de tout ce qu'ils ont pu trouver sur les terrasses de l'avenue. Plusieurs feux ont aussi été allumés et ont nécessité l'interventions des sapeurs pompiers.

Selon la préfecture de police, ces incidents sont liés à la présence à l'avant du cortège d'une centaine de membres de l'ultradroite qui harcèlent les forces de l'ordre". Le ministre de l'Intérieur, lui, a préféré pointer du doigt Marine Le Pen, qui, selon lui, a incité les gilets jaunes à se rendre sur les Champs-Elysées. En tout cas, ces nouveaux incidents ne vont pas plaire à certains gilets jaunes qui pensaient se rendre dans un rassemblement pacifiste. C'est par exemple le cas de Christophe, 49 ans, qui déclarait au micro de BFMTV: "On vient juste manifester pacifiquement et on se fait gazer. On voit comment on est reçu à Paris." Dans les autres villes de France, la situation semble être sous contrôle.

Ici, les affrontements violents entre manifestants et forces de l'ordre

Une des barricades

Les commerces subissent aussi la colère des gilets jaunes

Il y a quand même eu quelques scènes rigolotes

Enfin, Il y a cette dame avec son godemichet qui devient la star des réseaux

Déjà lu?