Tiger Woods refuse d'aller jouer en Arabie saoudite même pour 2,5 millions de livres

De nombreux sportifs ont refusé d'aller jouer en Arabie saoudite depuis l'affaire de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Est-ce le cas de Tiger Woods? Le champion de golf a refusé un chèque de 2,5 millions de livres (2,87 millions d'euros) pour aller jouer chez les Saoudiens.

Tiger Woods a refusé ce qui est sans doute le plus gros chèque de sa carrière. Le champion de golf était invité à participer à la cérémonie inaugurale de l'European Tour. Ce circuit de golf professionnel masculin le plus important d'Europe doit en principe débuter en Arabie saoudite l’année prochaine. Mais il semblerait que celui qui a déjà gagné 14 fois le Tour européen GPA préfère ne pas se rendre en Arabie saoudite. Même pour 2,5 millions de livres sterling (2,87 millions d'euros), rapporte The Telegraph.

On ne sait pas si son refus est la conséquence du tollé international suscité par le meurtre du journaliste souadien Jamal Khashoggi ou si Woods a simplement la flemme d'aller dans un pays où il fait trop chaud. Par le passé, Woods a déjà voyagé dans des pays qui ne respectent pas trop les droits de l'homme, tels que la Chine et les Émirats arabes unis. Mais s'il avait accepté de se rendre à l'inauguration en terres saoudiennes, il peut être certain qu'il se serait pris un torrent de critiques des plus désagréables. Que ce soit par principe ou à cause de son mal au dos, il a - en termes de communication publique - choisi la bonne stratégie.

Ces sportifs boycottent les Saoudiens

Le champion de tennis espagnol Roger Federer a refusé un chèque d'un million de dollars (882.195,00 euros) que l'Arabie saoudite lui proposait pour venir jouer lors d'une exposition à Jeddah, rapporte le site québecois La Presse. Rafael Nadal et Noval Djokovic sont toujours inscrits, par contre.

Les deux superstars de catch John Cena et Daniel Bryan auraient également refusé de participer à la compétition WWE Crown Jewels qui s'est déroulée début novembre en Arabie saoudite. Les organisateurs de l'événement ont tenté de minimiser l'impact de leur départ mais l'affaire a fait grand bruit aux États-Unis.

Mais du côté des organisateurs du Tour européen GPA, il n'est pas question d'annuler quoi que ce soit en Arabie saoudite. "Je serai très très clair", a déclaré Keith Pelley, le directeur du tour, au Telegraph. L'Arabie saoudite "est sur notre calendrier et nous continuerons à surveiller comme nous le ferions avec tous les autres pays. (...) De toute évidence, la liberté d’expression est beaucoup plus disponible maintenant grâce aux médias sociaux."

Déjà lu?