Après Charleroi, PS et Ecolo lient leur destin à Mons

Les négociations qui ont suivi les élections du 14 octobre livrent leurs derniers verdicts. Après Charleroi et Hersal, on apprend qu'un accord est tombé à la Ville de Mons. Le PS ouvre ses portes à Ecolo pour asseoir une majorité plus que confortable.

Chaque situation est finalement différente. Alors qu'il était impossible pour Ecolo de trouver un accord avec le PS de Catherine Moureaux à Molenbeek, cela n'a pas été le cas à Mons, comme viennent de l'annoncer conjointement Nicolas Martin, probable futur bourgmestre, et la tête de liste Ecolo, Charlotte De Jaer.

Il aura néanmoins fallu trois longues semaines de négociations pour arriver à un accord. Avec 44,25% pour le PS et 12,78% pour Ecolo, les deux partis s'assurent une majorité confortable pour les six années à venir.

PTB et Ecolo ne suivent pas le même chemin

Là où le PTB est reparti bredouille, volontairement ou pas, Ecolo a décidé de prendre ses responsabilités et d'inscrire son brillant score électoral dans la prise de pouvoir.

C'est le cas à Bruxelles bien sûr (Ville de De Bruxelles, Forest, Ixelles...), mais aussi en Wallonie, comme on a pu le constater à Nivelles ou encore Ottignies-LLN, et sans doute bientôt à Charleroi où Paul Magnette a ouvert la majorité à Ecolo et C+ (cdH) pour une majorité inédite.

"La bonne gouvernance au placard"

Côté réaction, Georges-Louis Bouchez, principal opposant à la tête de "Mons en Mieux", n'a pas tardé à tacler le choix du PS dans un tweet. Dès ce matin, il avait annoncé cet accord sur sa page Facebook qui met "la bonne gouvernance au placard". Car selon l'ancien député wallon éjecté par Jacqueline Galant, aucune garantie sur le décumul n'est ressorti de l'accord alors que cela avait été une promesse de campagne.

Pour l'heure, aucune réaction officielle du côté d'Ecolo ou du PS.

Déjà lu?