La Belgique sera-t-elle le premier pays à offrir son aide à Asia Bibi et sa famille?

Le Pakistan est en feu. Des milliers de gens réclament la tête d'Asia Bibi, accusée de blasphème. Sa famille veut quitter le pays car elle se sent en danger de mort. Le mari de Bibi a demandé refuge à plusieurs dirigeants. En Belgique, plusieurs personnes, dont le député N-VA Peter Luykx, veulent lui offrir l'asile.

Des milliers de partisans du parti politique islamique Jamiat Ulma-e-Islam-F protestent depuis le 2 novembre contre l'acquittement de la Cour suprême accordée à Asia Bibi. Ils reprochent au tribunal d'avoir annulé la peine de mort que devait subir cette chrétienne accusée de blasphème pour avoir insulté le prophète Mohammed en 2009, à Peshawar, au nord du Pakistan.

Asia Bibi et sa famille affirment que s'ils restent au Pakistan, ils sont en danger de mort. Ashiq, le mari d'Asia Bibi, a demandé l'asile pour sa femme, ses trois filles et lui-même. Dans sa vidéo, il interpelle Donald Trump, Justin Trudeau et Theresa May, réclamant aux trois dirigeants de lui accorder une place soit aux Etats-Unis, soit au Canada, soit au Royaume-Uni. Il a choisi ces trois pays car ce sont ceux qui abritent "les plus grandes communautés de chrétiens pakistanais", explique à l'AFP Wilson Chowdhry, le président de l’association des chrétiens pakistanais de Grande-Bretagne.

Les trois chefs d'État ne se sont pas encore prononcés sur la question. Mais en Belgique, la question est soulevée dans le monde politique.

Un député N-VA propose l'asile

Le député N-VA Pieter Luykx a appelé le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) à se manifester promptement auprès du gouvernement pakistanais pour intervenir dans l'affaire Asia Bibi.

"La Chambre a approuvé ma résolution en 2017, qui appelle le gouvernement à accorder une attention particulière aux minorités religieuses expulsées de leur pays par des groupes extrémistes. Dans ce cas également, le gouvernement doit condamner fermement la violence à l'encontre de la minorité chrétienne au Pakistan", écrit Luykx dans un communiqué adressé à Didier Reynders.

Et d'ajouter, à l'intention du secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), que ce ne serait pas la première fois que le gouvernement prendrait des mesures en faveur d'une minorité religieuse en danger dans son pays. "L'initiative de Theo Francken s'inscrit parfaitement dans le cadre de ma résolution. (...) Le gouvernement doit également agir dans l'affaire Asia Bibi."

Réactions de Francken et Reynders

Interrogé par la RTBF, Didier Reynders répond que si Asia Bibi "souhaite venir en Belgique et que le secrétaire d'État à l'Asile [Theo Francken] est d'accord, il n'y a aucun problème à la recevoir". Le secrétaire d'État ne s'est pour l'instant pas prononcé réellement sur la question. Il a juste retweeté deux messages allant dans ce sens.

Le premier est de Peter Luykx. Il comprend un article de Knack dans lequel le député détaille son appel à la rescousse de Asia Bibi. Le second est un tweet de Pieter Bauwens, le rédacteur en chef de Doorbrak, un site sur la politique flamande. Bauwens lance le hashtag #weWelcomeAsiaBibi et réclame "une issue de secours pour une famille chrétienne persécutée". Ces demandes seront-elles suffisantes pour aider la famille d'Asia Bibi? La Belgique sera-t-elle le premier pays à accueillir Asia Bibi?

La question est complexe car les manifestants islamistes ont paralysé le pays afin d'obtenir un accord avec le gouvernement pakistanais. Ils ont obtenu des autorités qu'elles interdisent à Bibi de quitter le territoire. Bien que libérée, Asia Bibi doit rester en prison. Pour sa propre sécurité. Et ce sera le cas tant que rien ne sera fait.

Déjà lu?