Deux semaines après les élections, Liège tend vers une coalition PS/MR... avec personne d'autre

Willy Demeyer a rencontré le cdH, le PTB, Vert Ardent et a étudié leurs programmes. Mais après deux semaines d'hésitations, le socialiste à la tête de Liège depuis quasi 20 ans a décidé de ne poursuivre les négociations qu'avec le MR.

Le suspens commençait à devenir long à Liège: quelle majorité le Parti socialiste allait choisir pour gouverner la ville? Avec quel parti allait-il s'associer pour obtenir une majorité confortable (plus de 26 sièges)? Les négociations allaient bon train depuis le 14 octobre. L'ancien et futur bourgmestre Willy Demeyer a consulté les différents partis et leurs programmes pour tenter de former un conseil communal. Sans savoir se décider. Jusqu'à ce jeudi 1er novembre.

Après avoir écarté le PTB, puis le cdH et enfin Vert Ardent, faute de majorité confortable avec cette coalition d'Ecolo et de petits partis, le PS ne veut ne plus négocier qu'avec le MR, apprend-on jeudi soir. Le Parti socialiste semble trouver des convergences avec le Mouvement réformateur, notamment sur la question des pensions et de l'enseignement, a-t-il indiqué dans un communiqué. Avec respectivement 30,74% et 17,96% des voix obtenues le 14 octobre, les deux partis pourront aisément occuper les 27 sièges (sur 48) nécessaires pour être en majorité stable au conseil communal de la Ville de Liège.

Divergences rouges-oranges

Le bourgmestre socialiste a estimé qu'il serait impossible de gouverner avec le parti marxiste car "les propositions du PTB manquent de précision et risquent de provoquer un grave déséquilibre du budget communal et un retour à la spirale de l’endettement".

À propos du cdH, Demeyer déclare qu'une "divergence importante s’est confirmée quant au traitement à réserver à la problématique du financement des pensions" et qu'il subsiste des "différences d’appréciation" concernant les "matières d'enseignement et d’action sociale" ou encore le service public communal.

Déception verte

Le mouvement éco-citoyen Vert Ardent , composé de militants Ecolo, du mouvement Demain et de citoyens engagés, a remporté 14,75% des suffrages et espérait "tout mettre en oeuvre pour faire émerger une majorité progressiste à Liège".

Mais le PS affirme que "le vote massif en faveur du PTB a de fait rendu impossible toute coalition entre le PS et Vert Ardent". Et même si les socialistes s'accordaient avec le mouvement sur les questions environnementales, ils trouvent que former une "majorité avec ce seul parti, qui plus est, formé de 3 composantes, est impraticable."

Cette annonce a fait grincer quelques dents. François Schreuer, conseiller communal à Liège et membre de Coopérative VEGA, a ainsi déclaré sur Twitter: "J'avoue que je ne comprends pas comment ils peuvent faire une telle bêtise". D'autres, sur Twitter, estiment que cette nouvelle majorité poussera les électeurs à se tourner vers le PTB et les partis extrémistes. Mais tout n'est pas complètement scellé: les deux partis de la future majorité doivent encore signer un accord lundi ou mardi prochain.

Déjà lu?