La galère sur les routes va continuer à cause de Zaventem, alors tentez de rester zen

Il y a eu près de 300 km de bouchons lundi sur le ring bruxellois. La faute notamment aux contrôles aux abords de l'aéroport de Zaventem. Et cette galère risque bien de continuer: c'est comme si "un poste frontière" avait été installé en plein cœur de la Belgique et on ne sait pas jusqu'à quand ça va continuer. Alors prenez votre mal en patience!

Zaventem a rouvert depuis un peu moins de deux semaines et c'est déjà la galère. Bon, ce ne devrait pas être tous les jours le même cauchemar que celui de lundi heureusement.

"Nous avons réalisé des contrôles de badge et de carte d’identité devant une entrée réservée au personnel. Certains travailleurs de l’aéroport n’avaient pas leur badge. Cela a causer des retards et tous ces problèmes de circulation. Cela ne devrait plus arriver dans les prochains jours", a rassuré dans Le Soir Peter De Waele, porte-parole de la police fédérale.

Contrôles aléatoires et check-points

Mais ne vous emballez pas trop vite: les contrôles risquent de vous faire perdre beaucoup de temps sur la route dans les semaines à venir. "Nous contrôlons les voitures qui se rendent à Zaventem. De cette manière, nous pouvons scanner les plaques et contrôler les plaques radiées, volées ou connues de nos services", explique Peter De Waele.

Mais ce n'est pas tout: des check-points ont été installés sur la route pour aller à l'aéroport. Et certains véhicules sont contrôles aléatoirement, ainsi que ceux dont les passagers et conducteurs ont l'air suspect. "C’est un peu comme si on avait réinstallé un poste frontière ", concède le porte-parole de la police fédérale. Un poste-frontière avec toutes les contraintes que cela implique donc.

On ne sait pas combien de temps ça va durer

Autre mauvaise nouvelle pour vous, les galériens de la route: on ne sait pas jusqu'à quand ces mesures seront maintenues. Les autorités peuvent décider de les suspendre puis de les faire revenir dès le lendemain, car les décisions sont prises au jour le jour.

"Il y a des réunions tous les jours entre la police, les syndicats et les gestionnaires de l’aéroport. On peut décider demain d’arrêter les contrôles comme on peut rajouter un poste", précise Peter De Waele.

"Cela ne sert à rien d’arriver 5-6 heures à l’avance"

Du coup, vous n'avez pas 36 solutions. Si vous prenez les transports en commun pour vous rendre à Zaventem, il faudra se contenter du bus (12 et 21 de la STIB), puisque la gare est toujours hors-service et on ne sait pas quand elle sera rouverte. Si vous décidez de venir en voiture, prenez votre mal en patience et anticipez le temps d'attente aux contrôles en dehors et dans l'aéroport.

"Cela ne sert à rien d’arriver 5-6 heures à l’avance", conseille toutefois Anke Fransen, porte-parole de Brussels Airport. "On conseille toujours aux voyageurs d’arriver 3 heures avant leur vol. Si ces derniers viennent plus tôt, ils viendront se rajouter au flux des autres passagers qui décollent plus tôt et les routes resteront encombrées."

Source: Le Soir