Non, la SNCB ne compte pas supprimer les accompagnateurs de train

Non, la SNCB n'envisage pas de se séparer de ses accompagnateurs de train dans un futur proche. Ceux-ci "jouent un rôle essentiel" sur le rail, affirme la patronne de la SNCB qui dément l'information.

Tu l'as peut-être lu hier ou ce matin quelque part dans la presse, selon la version provisoire du nouveau contrat de gestion de la SNCB, censé jeter les bases de l'avenir du rail belge, la société des chemins de fer pourrait fonctionner avec moins de contrôleurs. Le journal De Morgen, qui a révélé l'information après avoir consulté le document en question, affirme que certains trains pourraient rouler sans personne à bord pour checker les billets des voyageurs, et ce autour des villes et dans des zones à la densité de population moyenne. Dans un souci d'améliorer l'efficacité du rail.

Cette nouvelle a bien sûr fait grand bruit, certains pointant les risques en termes de sécurité (qui vérifierait que les portes du train ne se bloquent pas en démarrant par exemple ?) et d'autres questionnant la nécessité d'acheter encore à l'avenir un ticket pour voyager. Et pourtant, tout est faux.

"Cela n'arrivera pas tant que je serai à la SNCB"

"Hier, il y a eu partout dans la presse des informations selon lesquelles la SNCB supprimera ses accompagnateurs de train. Rien n'est moins vrai, et cela n'arrivera pas tant que je serai à la SNCB. C'est aussi précisément ce que je me suis attachée à faire devant le Parlement il y a un an", dément la CEO de la SNCB, Sophie Dutordoir, dans un message posté sur son compte Facebook.

"Nos accompagnateurs de train jouent un rôle essentiel en permettant aux trains de partir en toute sécurité, en aidant et informant les clients qui les apprécient particulièrement, et oui, en vérifiant aussi si tout le monde circule avec un billet valable", justifie-t-elle.

"Laissez d'abord à la SNCB la base de son business : des trains ponctuels et une communication avec le voyageur", pointe-t-elle, car "cela nécessite un travail de fond". "Et ensuite, nous allons et devons évidemment examiner et mettre en place toutes les nouvelles technologies possibles dans chaque domaine", poursuit-elle.

La priorité sera donc mise avant tout sur l'amélioration de la ponctualité, en tout cas le voyageur n'en demande pas moins.

Déjà lu?