Quand Charles Michel insinue que la RTBF a favorisé la victoire d'Ecolo

C'est le blues au MR en ce moment. Le parti libéral a chuté aux dernières élections et ses membres le reconnaissent difficilement, à en croire certaines déclarations parmi lesquelles on retrouve celle du Premier ministre libéral Charles Michel.

Les élections communales et provinciales du 14 octobre ont fait sortir deux gros gagnants en Belgique francophone: le PTB et Ecolo. Les deux partis ont connu une croissance phénoménale en termes de voix et ont ainsi raflé des dizaines de nouveaux sièges à Bruxelles comme en Wallonie. Les partis traditionnels ont enregistré une importante perte d'intérêt de la part des électeurs, ce qui a mené à l'éviction de certains bourgmestres dans quelques communes.

C'est le cas par exemple de Françoise Schepmans, bourgmestre MR de Molenbeek, qui doit céder sa place à la socialiste Catherine Moureaux. Ou encore le départ de Philippe Pivin (MR) à Koekelberg en faveur d'Ahmed Laaouej (PS). Le PS parvient à se maintenir en nouant des alliances avec les partis de gauche, mais pour le MR, ça sent un peu le souffre à Bruxelles. En Wallonie, le MR a fait encore de bons scores... mais pas dans les grandes villes.

Olivier Chastel s'est d'ailleurs félicité de cet ancrage local au lendemain des élections. "À ce stade, nous décrochons 95 mayorats en Wallonie (94 en 2012), avec quelques belles surprises, par exemple à Perwez et Péruwelz, et des résultats impressionnants à Courcelles ou Waterloo. En Wallonie, le MR décroche 66 majorités absolues, soit 9 de plus qu’en 2012."

RTBF pro-"bobos des villes"

Mais tout le monde n'arrive pas à voir la bouteille à moitié pleine comme le président du MR. Le Premier ministre Charles Michel insinue que les Verts ont bénéficié d'un petit coup de pouce: "Quand la RTBF ouvre son JT de 19h30 samedi sur le dérèglement climatique, on sait que tout est mis en place pour qu’Ecolo gagne", a déclaré le libéral lundi au bureau du parti, rapporte L'Écho.

Un tacle contre la presse qui commence à se répéter. Le Premier ministre juge que les journalistes, particulièrement au sud du pays, ne sont pas tendres avec la politique menée par son gouvernement. Il y a quelques semaines, lors de la déclaration de politique générale, Charles Michel lançait d'ailleurs un fonds pour lutter contre les fakes news. Une pique à peine voilée.

Michel reconnait toutefois des mérites aux Verts. Ils ont habilement surfé sur les thématiques du moment: "Ils ont bien joué le coup et ont tout exploité, la peste porcine, le réchauffement climatique avec le rapport du Giec et puis, il faut admettre que le nucléaire ne nous a pas aidés."

Un autre mandataire MR, cité par La Libre, va encore plus loin. Pour lui, c'est simple. Le MR n'a "pas réussi à aller chercher le vote des bobos des villes". Une façon de dire que l'électorat qu'ils ont courtisé est constitué de "bobos des champs"?

Déjà lu?