La valse des bourgmestres: qui reste et qui part en Wallonie?

Les élections communales ont rendu leur verdict, toutes les communes de Belgique ont leur nouveau bourgmestre. Pour certaines villes, c'est l'heure du changement. Pour d'autres, c'est statut quo. Petit tour d'horizon dans les villes les plus importantes de Wallonie et de Bruxelles. 

Ça y est, toutes les communes du pays ont leur nouveau bourgmestre. Pour certaines villes, rien ne change. C'est le cas à Charleroi où Paul Magnette (PS) reste au pouvoir en signant le plus gros score en termes de voix de préférence (22.475 voix). C'est également le cas à Liège où Willy Demeyer (PS) reste l'homme fort de la Cité ardente avec ses 11.293 voix de préférence. Reste toutefois à savoir avec quel parti il exercera le pouvoir: MR ou Ecolo?

Continuons avec les socialistes puisque Philipe Close garde son écharpe mayorale à Bruxelles-Ville mais il va devoir lui aussi travailler avec une nouvelle majorité où Ecolo figure. Le scandale du Samusocial n'aura donc pas trop désavantagé le Parti socialiste, pourtant mal en point à Bruxelles il y a un peu plus d'un an.

Par contre, il y a des départs importants pour les socialistes. À Mons par exemple, Elio Di Rupo n'occupera plus le poste de bourgmestre, une première depuis 2000. Après 18 ans de mayorat, Elio cède donc sa place à Nicolas Martin, l'homme qui menait la liste socialiste dans la cité du Doudou. Un départ important également à Tournai où le socialiste Paul-Olivier Delannois succède à Rudy Demotte (PS).

Le MR perd des bourgmestre

Ce dimanche, la ville de Dinant, dirigée par Richard Fournaux (MR) depuis 1994, est tombée sous les attaques des listes "Intérêts Dinantais", "Dinant" et "Dinant Autrement" menées respectivement par Axel Tixhon, Robert Closset
et Laurent Belot. Axel Tixhon (cdH) va ainsi porter l'écharpe mayorale, comme son père l'avait fait de 1989 à 1994.

C'est surtout à Bruxelles que le MR s'écroule. Les libéraux perdent en effet le mayorat à Molenbeek, commune où Françoise Schepmans n'a pas réussi à convaincre les électeurs après une législature compliquée. Tout bénéf pour la socialiste Catherine Moureaux qui compte bien négocier avec le PTB pour créer une coalition, laissant ainsi le MR dans l'opposition.

À Ixelles également, on note une défaite du MR: Dominique Dufourny n'a pas réussi à s'imposer face à Ecolo qui place Christos Doulkeridis à la tête de la commune. Dans cette commune bruxellois, on se dirige actuellement vers une majorité Ecolo-Groen associés au Parti socialiste. Même scénario à Forest où Ecolo emmènera la majorité constituée des Verts, du MR et du cdH. Stéphane Roberti, deviendra donc bourgmestre Ecolo à Forest. Les libéraux gardent par contre le pouvoir à Etterbeek (Vincent De Wolf) et à Uccle (Boris Dilliès).

6 bourgmestres Ecolo en Wallonie

En tout, les Verts placent 10 bourgmestres en Wallonie et à Bruxelles. Dans le sud du pays, Jean-Michel Javaux conserve son poste à Amay. À Ottignies-Louvain-la-Neuve, Julie Chantry succède à Jean-Luc Roland, pas de changement de couleur pour cette commune du Brabant wallon.

À Pecq, dans le Hainaut, un jeune Ecolo va porter l'écharpe de bourgmestre. Il s'agit d'Aurélien Brabant, âgé de seulement 31 ans, va succéder à Marc D'Haene (cdH). À Floreffe également, un Ecolo va prendre le pouvoir. Il s'agit d'Albert Mabille qui a mené la liste dans cette commune de la province de Namur. Malgré un recul de 20%, Ecolo reste au pouvoir après une campagne difficile marquée par l'absence d'André Bodson. Enfin, les Verts s'imposent à Enghien où Olivier Saint-Amand reste bourgmestre.

Une première en Belgique

Enfin, ce scrutin a envoyé un nouveau bourgmestre à Ganshoren et c'est une première historique. En effet, Pierre Kompany, le père de Vincent Kompany, devient le premier bourgmestre d'origine africaine à enfiler l'écharpe mayorale en Belgique. Avec ses 1.327 voix de préférence, il a largement été plébiscité par les électeurs. Il est déjà prévu qu'il cède son poste à mi-mendat à son co-listier Jean-Paul Laethem (cdH).

Pour continuer à parler du cdH, précisons que Benoit Lutgen a remporté son duel qui l'opposait à son frère Jean-Pierre dans la ville de Bastogne. Statut quo dans cette commune de Luxembourg donc. À Namur et à Gembloux, les humanistes restent au pouvoir: Maxime Prévot à Namur avec la même majorité cdH-MR-Ecolo et Benoit Dispa à Gembloux. Des défaites à signaler côté humanistes: André Antoine perd le mayorat à Perwez face au libéral Jordan Godfriaux. À Marche-en-Famenne, le cdH est toujours le premier parti, mais René Collin n'est que troisième en termes de voix de préférence, il ne sera donc plus bourgmestre.

Déjà lu?