Elections communales: les résultats des grandes villes en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre

Ce dimanche, quelque 8 millions d'électeurs étaient appelés à renouveler 581 conseils communaux et 10 conseils provinciaux. Si les résultats ne sont pas encore complets, on peut déjà dessiner des tendances claires. 700.000 jeunes électeurs étaient amenés à voter pour la première fois. 

Bruxelles

À Bruxelles-Ville, le PS est en tête avec 27%. Ecolo suit derrière à 18%. Les écolos font un bond de près de 10% par rapport à 2012. Une tendance qui se confirme dans de nombreuses communes de la capitale: Ixelles (en tête), Watermael-Boitsfort, Schaerbeek, Saint-Gilles et Saint-Josse, Woluwe-Saint-Pierre, Uccle. La vague verte est une réalité.

Le MR (17%) et DéFI (7%) stagnent à Bruxelles-Ville. Aucune vague amarante ne semble se dessiner dans le reste de la capitale, pas plus qu'en Wallonie d'ailleurs. DéFI garde toutefois ses bourgmestres de Schaerbeek (Clairfayt), Auderghem (Osuin) et W-S-L (Maingain). La N-VA rate son pari et n'atteint que 3% dans le centre de la capitale. Le PTB grimpe, là où il a présenté des listes.

À Molenbeek, le PS de Catherine Moureaux se rebiffe. La liste de la bourgmestre Françoise Schepmans (MR) est battue par la socialiste. La fille de Philippe Moureaux venge son père et tend la main... au PTB.

Le MR ne fait pas de bons résultats à Bruxelles. Olivier Chastel, président du MR, n'a pu cacher sa déception. Même s'il se félicite de l'ancrage local du MR qui "reste un parti important". Boris Dilliès, malgré une chute de 14%, conserve son mandat de bourgmestre. Mais le MR perd des pions importants à Koekelberg, Molenbeek, Ganshoren et Ixelles. Le cdH maintient Cerexhe (W-S-P), Hervé Doyen (Jette), Joël (Riguelle Berchem-Sainte-Agathe) et gagne Pierre Kompany (Ganshoren).

Bastogne

C'est confirmé: la liste de Benoît Lutgen, bourgmestre cdH de Bastogne, ne s’effondre pas. Mieux, elle conserve sa majorité absolue. La liste commune soutenue par Jean-Pierre Lutgen a perdu son pari. Le frère du bourgmestre a annoncé qu'il en avait fini avec la politique, sous les huées du public.

Mauvais perdant ou pas, Jean-Pierre Lutgen a lancé l'éventualité d'un départ d'Ice Watch de la commune de Bastogne. On a déjà vu plus fairplay.

Mons

Selon les sondages, les socialistes conserveraient leur majorité absolue autour des 49%. La liste de George-Louis Bouchez (Mons en mieux) suit avec 19%. Nicolas Martin, nouvelle figure du PS, aurait plus de voix de préférence qu'Elio Di Rupo. Il devrait donc porter l'écharpe mayeurale, ce qui arrange sans doute le président des socialistes qui veut se tourner vers les élections législatives et son combat contre le gouvernement fédéral.

GLB parle déjà d'une possible coalition avec le... PS. À deux conditions: que le PS n'ait pas la majorité absolue. Et qu'un projet commun se dessine autour de l'emploi et la sécurité. La première condition serait remplie: le PS perdrait sa majorité absolue en pourcentage, mais pas en sièges.

Charleroi

Comme à Mons, le PS de Charleroi et de Paul Magnette se situerait en tête autour des 44,4%. Ils sont suivis par le PTB qui effectue une belle percée avec 15,2% (+11,8%). Les résultats sont partiels mais on peut déjà dire que le MR est battu.

Liège

Qui a dit que le socialisme était mort à Liège suite au scandale Publifin? La liste du bourgmestre sortant, Willy Demeyer, se stabiliserait à 30%, suivie par la liste de Defraigne (MR, 17,5%). Là encore, Ecolo sous le nom "Vert Ardent" effectue une percée à hauteur de 15%. Moins bien toutefois que le surprenant PTB qui affiche 16,5%). Le PS garde la main.

Sur le plateau de la RTBF, Jean-Marc Nollet (Ecolo) a décidé de mettre les choses au clair: Ecolo entend bien peser dans les négociations dans les villes où les verts ont progressé. C’est le cas à Gembloux (+7,82), Tournai (+7,70), mais aussi à Liège où le mouvement "Vert Ardent" est venu titiller le MR et le PS. Jean-Marc Nollet a appelé les "partis qui ont la main" à "entendre les citoyens qui ont fait confiance au projet" d’Ecolo. C'est déjà le cas à Tournai où Paul-Olivier Delannois devient le bourgmestre d'une majorité PS-Ecolo.

Flandre

Le N-VA de Theo Francken (N-VA) peut ouvrir le champagne à Lubbeek. Les nationalistes récolteraient 35,4% des voix. Jan Jambon (Braschaat) et Steven Vandeput (Hasselt) font également de bons scores, tout comme Zuhal Démir (Genk).

À Anvers, les nationalistes totalisent les 36%, soit deux petits pourcents de moins qu'en 2012. Le 2e parti est Groen, suivi par le Vlaams Belang. Le CD&V de Kris Peeters s’effondre, trop de bourdes durant la campagne. L'Open VLD est inexistant ou presque. Malgré le bon score des Verts, Bart De Wever devrait être en mesure de se passer d'eux. On se rappelle de sa main tendue et refusée durant la campagne. Bart De Wever reste le maître des lieux.

Pour le reste en Flandre, le parti d'extrême droite (VB) grimpe un peu partout, au même titre que Groen qui fait une véritable percée. La N-VA n'effectue pas de raz-de-marée, la tendance est même à la baisse dans certaines communes. Mais on reste très loin de la débandade.

Déjà lu?