L'avortement, c'est comme faire appel à "un tueur à gages", pour le pape

Le pape François a comparé ce mercredi le choix d'une interruption volontaire de grossesse à un "recours à un tueur à gages".

Cette fois, ce n'est pas une question dérangeante d'un journaliste qui a poussé le pape François à tenir des propos qui choquent. Ce mercredi, le chef de l'Église catholique a réfléchi avant de comparer l'avortement à un "recours à un tueur à gages".

"Interrompre une grossesse, c'est comme éliminer quelqu'un. Est-il juste d'éliminer une vie humaine pour résoudre un problème?", a déclaré le pape argentin lors son homélie prononcée sur la place Saint-Pierre. "Est-il juste d'avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème?", a-t-il poursuivi, interrogeant ses fidèles sur la place centrale du Vatican.

Pas suivi le texte

Selon BFM TV, le pape n'aurait pas suivi le texte qu'il devait initialement lire. Et c'est ainsi qu'il a lâché durant ce prêche consacré au commandement biblique "Tu ne tueras point": "Se débarrasser d'un être humain, c'est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème."

Il a ensuite mis dans le même panier les guerres, l'exploitation de l'homme, l'exclusion et l'avortement, considérant qu'ils participaient tous de "la dépréciation de la vie humaine". Et de s'interroger encore à propos de l'avortement: "Mais comment un acte qui supprime la vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain?"

Rappelons qu'en Belgique, l'IVG est en principe remboursée par la mutuelle alors que, jusqu'à preuve du contraire, ce n'est pas le cas pour les tueurs à gage.

Déjà lu?