La France va-t-elle finalement fermer ses cabines de bronzage?

Cela fait des années que l'on en parle, mais cette fois, les cabines de bronzage pourraient bientôt être définitivement fermées. Du moins, en France, où l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a demandé "aux pouvoirs publics de prendre toute mesure de nature à faire cesser l'exposition de la population aux UV artificiels" devant le risque de cancer "avéré".

"On recommande l'arrêt de l'activité liée au bronzage artificiel et aussi l'arrêt de la vente d'appareils délivrant des UV à visée esthétique notamment aux particuliers", a déclaré à l'AFP Olivier Merckel, qui travaille à l'unité d'évaluation des risques aux agents physiques à l'Anses.

En 2014, l'Agence française demandait la fermeture des centres de bronzage car elle estimait que les risques de développer un cancer de la peau dans une cabine étaient trop élevés.

Cette fois, l'Anses revient à la charge avec des éléments encore plus convaincants. Dans son nouveau rapport, l'Anses déclare qu'avec une seule visite en cabine sur 35 ans, on augmente déjà de 60% ses chances de développer un cancer cutané.

"On ne peut plus attendre"

"On ne peut plus attendre", a souligné Olivier Merckel. "Les données scientifiques s'accumulent, il n'y a plus de doute, on a des preuves solides, le risque de cancer est avéré, on a des données chiffrées sur les risques pour les jeunes, pour toute la population, maintenant on recommande une action des pouvoirs publics".

Cette interdiction est exigée depuis 2015 par de nombreux dermatologues, par l'Académie de médecine française et même par des politiciens. Même le Centre international de recherche sur le cancer a déclaré que les rayonnements artificiels étaient des "cancérogènes certains". Du côté du gouvernement français, par contre, aucune décision n'est prise.

Le Brésil et l’Australie ont déjà interdit les cabines de bronzage. En Belgique, ces cabines sont toujours autorisées à condition de respecter le règlement en vigueur: interdiction aux mineurs, obligation de porter des lunettes de protection et exposition à un rayonnement inférieur à 0,3 W/m2. On est encore loin de la fermeture possible qui s'annonce en France, même si l'on est conscient des risques de cancer que cela implique.

Déjà lu?