Weezer clippe enfin son "Africa" de Toto en s'autoparodiant avec Weird Al Yankovic

Weezer a publié dimanche le clip d'Africa, le morceau de Toto qu'il a finit par reprendre après qu'Internet ait insisté pendant des mois pour qu'il le fasse. Pour l'occasion, il s'autoparodie avec une bande de sosies et Weird Al Yankovic dans le propre rôle du chanteur.

L'histoire entre Weezer et Toto a commencé en décembre 2017, lorsque Mary, une ado américaine, a décidé que le groupe californien devait reprendre le tube préféré d'Internet. Elle a créé le compte Twitter "weezer cover africa by toto" et a réussi à convaincre le groupe de pop-rock de reprendre le morceau.

"Africa" s'est transformé en un succès inattendu pour Weezer. Leur cover s'est retrouvée à la tête de la liste du Billboard "Rock Airplay Chart", soit les hits rocks les plus en vogue sur les radios américaines . Et c'est également la première fois en 12 ans que le groupe arrive à placer un single parmi les Hot 100, le classement des hits les plus populaires aux États-Unis. Forcément, il fallait un clip.

Un clip avec Al Yankovic

Le clip vidéo est tombé dimanche. Et, à l'image de la reprise que l'on ne sait pas trop si c'était du second degré ou une réelle envie de reprendre le tube de 1982, le clip joue sur ce concept de parodie hommage en... copiant un clip de Weezer sorti en 2004.

Le groupe joue devant un fond bleu, comme pour son morceau Undone - The Sweater Song, et la vidéo est filmée en format télé des années 2000. Et qui de mieux pour réaliser cet exercice de pastiche que Weird Al Yankovic, l'homme qui avait joyeusement singé Nirvana et Queen? Al Yankovic chante ici à la place de River Cuomo et le reste de Weezer est remplacé par des sosies.

Cuomo avait déjà invité le singeur professionnel à venir jouer de l'accordéon sur scène lorsqu'il avait joué Africa au Los Angeles's Forum. Et cette reprise a été validée par Toto - au moins par un de ses membres - puisque Steve Porcaro, l'organiste du groupe, est venu jouer avec Weezer sur le plateau de Jimmy Kimmel.

Bref, les bénédictions ne s'arrêtent jamais:

 

Déjà lu?