Une génération entière risque de mourir au Yémen actuellement

Plus de cinq millions d’enfants sont menacés par la famine au Yémen. La guerre qui frappe le pays continue de faire augmenter les prix des denrées alimentaires et du carburant. L'aide alimentaire destinées aux huit millions de Yéménites est menacée par les Saoudiens. Les agences d'aide au Yémen alertent que la crise humanitaire dans le pays pourrait prendre des proportions catastrophiques.

Le pays pauvre du Yémen est impliqué dans un conflit meurtrier entre les rebelles chiites et les troupes fidèles au président Abedrabbo Mansour Hadi depuis 2014. Une alliance dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue en 2015 pour soutenir le président contre les Houthis qui sont eux soutenus par l'Iran.

Après l’échec des pourparlers de paix à Genève début septembre, la ville portuaire d’Hodeida contrôlée par les rebelles Houthis a repris les combats. La ville portuaire de la mer Rouge est considérée comme la principale source de nourriture et de médicaments au Yémen. Au Yémen, au moins 70% des approvisionnements en denrées alimentaires et médicaments transitent par le port, tandis que les deux tiers des 27 millions de Yéménites dépendent des secours.

L’Arabie saoudite et ses alliés accusent les Houthis de faire passer en contrebande des armes d’Iran via Hodeida et ils ont imposé un blocus partiel au port.

Hodeida

Les Nations Unies ont également averti que les combats à Hodeida pourraient mettre un terme aux distributions de nourriture. Huit millions de Yéménites dépendent de cette aide pour survivre.

La perturbation des approvisionnements qui passent par le port d’Hodeida dans la mer Rouge "va provoquer une faim d’une ampleur sans précédent", déclare l’ONG Save the Children, basée en Grande-Bretagne. Si le port est fermé, "cela mettrait en danger la vie de centaines de milliers d’enfants et plongerait des millions de personnes supplémentaires dans la famine".

Trop faible

Helle Thorning-Schmidt, PDG de l'ONG britannique Save the Children International, a déclaré qu'elle avait déjà vu des bébés dans le nord du Yémen trop faibles pour pleurer parce que leur corps était épuisé par la faim.

"Cette guerre risque de tuer toute la génération d'enfants au Yémen, avec des bombes, la faim et des maladies telles que le choléra", prévient-elle.


Déjà lu?