Faute de règle claire sur le décumul, les députés bruxellois choisiront leur mandat au dernier moment

Ce lundi 17 septembre, c'est jour de rentrée au Parlement bruxellois. De nombreux députés vont entamer leurs huit derniers mois au sein de l'assemblée. Enfin, ce n'est pas tout à fait clair. Car à Bruxelles, aucune loi n'impose le décumul, faute d'accord. Tout dépendra donc des résultats du scrutin communal et du choix des élus. Chaque parti a fixé ses propres règles. Et tant pis si l'électeur est laissé dans le flou. 

Contrairement au Parlement wallon, aucune règle n'interdit le cumul des mandats entre une fonction exécutive locale (bourgmestre, échevin, président de CPAS) et une fonction de député. Si du côté de Namur, les députés doivent choisir dès les élections communales du 14 octobre prochain, les élus bruxellois sont moins pressés, la plupart feront leur choix une fois passées les élections régionales de mai prochain.

Pas de décumul intégral obligatoire

Pour rappel, le vote sur le décumul a été bloqué par une partie des partis flamands (Open Vld, CD&V et N-VA), via une motion en conflit d'intérêts activée par le Parlement flamand. Résultat: 60 jours de mise au frigo auquel il faut ajouter un délai de 30 jours pour un éventuel passage en force par les partis francophones. Le vote sur le décumul n'aura donc pas lieu sous cette législature, c'est une certitude.

Du coup, rien n'est tout à fait clair. La plupart des élus se présenteront sur les deux scrutins, soit pour y décrocher leur mandat, soit pour pousser la liste. Si chaque parti francophone dit vouloir jouer le jeu et aller dans le sens des conclusions qui ont suivi les affaires Publifin et du Samusocial, chacun édicte ses propres règles.

Au PS, on serait favorable à un décumul intégral comme celui voulu par Paul Magnette... si tout le monde joue le jeu. Dans les faits donc, le PS n'appliquera le décumul qu'aux élus des communes de plus de 50.000 habitants. Le MR devrait tenir la même ligne tandis qu'au cdH, ce sera au cas par cas. Seuls Ecolo et DéFI devraient respecter le décumul intégral.

La plupart des élus se dirigent vers leur commune, mais...

Le journal Le Soir a voulu en savoir un peu plus et a interrogé individuellement chaque élu régional sur son avenir. Une majorité d'élus au MR, chez DéFI et chez Ecolo privilégieraient leur commune s'ils y décrochent un bon résultat. Au PS, c'est plus partagé. En fait, beaucoup d'élus se verraient encore bien faire les deux.

De toute manière, une majorité d'entre eux annoncent qu'ils soutiendront quand même une liste régionale pour pousser les voix de leur parti. L'électeur pourrait s'y perdre? Nous sommes en Belgique où la particratie règne en maître. L'important, c'est que chaque parti pèse de tout son poids au sein de l'assemblée. Même si l'électeur pourrait être trompé.

Déjà lu?