Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes, avertit l'OMS

Quelques 2.000 personnes se suicident chaque année en Belgique. Dans le monde, une personne se donne la mort toutes les 40 secondes, selon l'Organisation mondiale de la santé. Le suicide est aujourd'hui la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans.

C'est une triste réalité qui n'épargne aucune tranche d'âge, aucune classe sociale ni aucun pays. Le suicide est un problème de santé publique mondial et il touche particulièrement les jeunes. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a rappelé lundi, à l'occasion de la “Journée Mondiale de Prévention du Suicide”, l'importance de ce problème.

"Toutes les 40 secondes, une personne se suicide quelque part dans le monde et bien plus tentent de mettre fin à leurs jours", écrit l'OMS. "Aucune région ni aucune tranche d’âge n’est épargnée. Le suicide touche toutefois particulièrement les jeunes de 15 à 29 ans, chez qui il constitue la deuxième cause de mortalité à l’échelle mondiale."

Les causes

Les raisons qui poussent un individu à se donner la mort sont multiples et diverses mais certaines causes reviennent souvent et il est primordial d'y attacher la plus grande importance.

Il y a d'abord le suicide d'un proche qui peut pousser d'autres à vouloir quitter ce monde. "Le suicide frappe aussi les jeunes filles entre 15 et 19 ans", poursuit l'OMS. "Pour chaque suicide, on dénombre de nombreuses autres tentatives de suicide chaque année. Une tentative de suicide est le principal facteur de risque de suicide ultérieur dans la population générale."

La dépression, les troubles mentaux, une situation de vie difficile viennent ensuite. "De nombreux suicides ont lieu de manière impulsive dans un moment de crise et de défaillance de l’aptitude à faire face aux stress de la vie, tels que les problèmes financiers, une rupture, une maladie ou une douleur chronique."

Appartenir à une minorité, fuir un pays en guerre, vivre dans une précarité extrême sont également des éléments déclencheurs. "Les conflits, les catastrophes, la violence, la maltraitance ou un deuil et un sentiment d’isolement sont fortement associés au comportement suicidaire. Les taux de suicides sont également élevés dans les groupes vulnérables confrontés à la discrimination, tels que les réfugiés et les migrants, les populations autochtones, les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI), et les prisonniers."

Comment le prévenir?

Le premier geste conseillé par le Centre belge de prévention du suicide est de parler et d'écouter. Si un proche semble passer par une "crise suicidaire", la priorité est d'être à son écoute, de donner de l'espace à son monde et de ne pas le laisser se faire submergé par les idées noires.

En Belgique, le Centre de prévention du suicide est joignable 24h/24. Une équipe de bénévoles assure gratuitement une écoute citoyenne. Le numéro du Centre est le 0800.32.13.

À l'adolescence, communiquer avec son entourage peut parfois se révéler compliqué pour une multitude de raisons personnelles. Parler avec un étranger, de façon anonyme et gratuite, peut se révéler salutaire. S'informer, parler sur des forums, se faire accompagner sont quelques des gestes qui peuvent sauver une vie. Comme l'écrit le Centre de prévention: "Tendre la main à des personnes qui vivent des moments difficiles peut tout changer. Nous sommes tous concernés et nous pouvons tous agir, en se connectant, en communicant et en se souciant les uns des autres."

La Belgique fait partie des pays d'Europe où le taux de suicide est le plus élevé. Chaque année, le Centre de Prévention du Suicide organise début février les “Journées Internationales Francophones de la Prévention du Suicide”. Pour l'OMS, ces initiatives sont capitales car il y a encore un tabou à propos du suicide et des troubles mentaux. Pour faire progresser la prévention du suicide, conclut l'organisation, "il est important de faire tomber ce tabou."

Déjà lu?