Charles Michel veut renforcer la lutte contre le racisme, mais la Sûreté de l'État n'a jamais surveillé Schild & Vrienden

Entre la vidéo du groupuscule "Schild & Vrienden" et le témoignage de Cécile Djunga, le racisme fait plus que jamais débat en Belgique. Réaction immédiate de Charles Michel, qui compte bien lutter plus fermement contre la haine raciale. Cependant, on apprend que la Sûreté de l'État n'a jamais surveillé le groupuscule d'extrême droite flamand alors qu'elle était au courant de son existence. 

Ces derniers jours, on semble découvrir le "racisme à la belge". D'une part grâce au témoignage de Cécile Djunga et d'autre part à cause de la vidéo du mouvement d'extrême droite Schild & Vrienden. Du coup, le Premier ministre Charles Michel a trouvé bon de s'exprimer à ce sujet à l'occasion du gala annuel du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) qui se tenait jeudi soir au Concert Noble à Bruxelles.

"Je vais charger le Conseil National de Sécurité de renforcer les instruments opérationnels de lutte contre l'antisémitisme, le racisme et la xénophobie" a déclaré le Premier ministre avant de développer: "Nous ne pouvons pas accepter qu'une présentatrice reçoive des messages injurieux et haineux, basés sur sa couleur de peau. Nous ne pouvons pas accepter les révélations de ce reportage hier sur une chaine de télévision, dénonçant le comportement abject de groupes d'individus. Je sais aussi que des juifs se font insulter, parfois brutaliser. Parce qu'ils sont juifs. Que dans des écoles, des enfants sont harcelés parce qu'ils sont juifs. Nous ne tolérons pas ces comportements, ni leur banalisation."

Zéro surveillance

Le timing n'est pas optimal. En effet, on apprend ce vendredi dans De Standaard que la Sûreté de l'État n'a jamais jugé bon de surveiller le groupe Schild & Vrienden alors qu'elle en avait le droit et l'opportunité. En effet, la Sûreté de l'État peut tout à fait pénétrer des groupes de discussions si un extrémisme dangereux est suspecté. Or, il s'avère que de nombreux messages racistes, sexistes, antisémites, homophobes et pro-nazis ont été échangés au sein du réseau de Schild & Vrienden.

En fait, le mouvement n'était pas perçu comme une menace directe à la sécurité publique. D'ailleurs, à l'heure actuelle, aucun élément n'indique que c'est vraiment le cas, malgré leur action à Gand présentée dans la vidéo ci-contre. Malgré tout, le groupuscule était tout de même connu des services de renseignements puisqu'il avait été plusieurs fois évoqué dans les réunions de concertation des différents services belges. Mais en tout cas, s'ils avaient été surveillés, peut-être que leur virée gantoise aurait pu être contenue.

Et Francken il en pense quoi?

Si il y a bien une personne qui se serait passé de la vidéo de Schild & Vrienden et du reportage de la VRT, c'est bien Théo Francken. Pour rappel, les membres du mouvement avaient assuré la sécurité du secrétaire d'État lors de ses déplacements alors qu'il dit n'avoir rien demandé. Le secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration était l'invité de Matin Première ce vendredi matin et s'est exprimé sur le reportage publié par la VRT.

"Le reportage était vraiment choquant. Je connais Schild & Vrienden, mais je ne savais pas qu'il y avait des éléments si extrêmes dans cette organisation" a-t-il déclaré. Selon lui, les membres de ce groupe sont "racistes, fascistes, super antisémites" et il leur a conseillé d'aller voir un psychiatre. Le secrétaire d'État espère donc qu'une enquête aura lieu pour savoir qui a fait quoi car il tient tout de même à défendre les membres du groupe qui n'étaient pas au courant de ces agissements secrets.

Théo Francken est dans l’œil du cyclone puisque la quasi totalité du groupe de Schild & Vrienden voue un culte au secrétaire d'État pour sa gestion très dure de la crise migratoire. À ce propos, Francken a tenu à faire un passer un message sur les ondes de la RTBF: "Le racisme, c'est pour les idiots et tous les gens qui me considèrent comme un héros et qui font ces choses, sont des idiots! Alors, arrêtez de faire ça! Pensez! On vit dans une démocratie. On a la liberté d’expression." Il en a d'ailleurs profité pour apporder son soutien à Cécile Djunga.

Il sera donc intéressant de suivre les éventuelles réactions du groupe Schild en Vrienden suite à ces déclarations de leur héros.

Déjà lu?