En Angleterre, une école interdit les danses issues de Fortnite en invoquant la violence du jeu

Dans une petite école primaire du sud-ouest de l'Angleterre, la directrice a pris la décision d'interdire aux enfants de reproduire les danses issues du jeu Fortnite. La raison? C'est un jeu violent et donc les danses renvoient au caractère barbare du jeu. Si les enfants voulaient juste danser bah tant pis. 

Si Fortnite est aussi célèbre à l'heure actuelle, c'est en partie grâce à toutes les stars et internautes qui publient des vidéos d'eux en train de reproduire les danses les plus célèbres du jeu. On pense évidemment à Antoine Griezmann qui s'amuse à faire la "danse du lose"r à chaque fois qu'il marque un but. Et évidemment, le virus se propage partout, y compris dans les cours de récré. Dans la petite école primaire d'Illfracombe Junior School dans le sud-ouest de l'Angleterre, les enfants s'amusent à faire la danse du flossing (voir vidéo ci-contre).

Et ça, ça agace beaucoup la directrice de l'établissement qui a tout simplement décidé de bannir ces danses de son école. Pour elle, ces danses ne véhiculent pas les valeurs de son école. Dans une lettre communiquée aux parents, elle écrit: "Nous voulons que dans notre école, les êtres humains soient traités avec gentillesse et considération. Fortnite est destiné aux douze ans et plus. Il s’agit de tueries de masse d’autres êtres humains… Et lorsque le joueur réussit, il obtient une danse de célébration. Ce jeu affecte la compréhension et le comportement des enfants. C’est une mesure de protection. Des enfants, dans notre école, ont utilisé ces danses pour intimider d’autres enfants."

Bon, oublions le fait que les joueurs ne gagnent pas de danse en gagnant une partie. La directrice insiste surtout sur le caractère violent du jeu qui rend également les enfants violents. Un débat vieux comme le monde et récemment relancé par Donald Trump qui n'aura sans doute jamais de fin. "Fortnite est extrêmement addictif. Jouer à des jeux violents est associé à des comportements agressifs dans la vie réelle, et à des problèmes de santé mentale" ajoute ainsi la directrice.

Parents pas contents

Du côté des parents, c'est l'incompréhension. Par exemple, une maman d'une petite fille de 8 ans explique que sa fille n'a jamais entendu parler de Fortnite: elle aime juste danser. Pour d'autres parents, interdir les danses ne stoppera pas les intimidations dans la cour de récré: les bourreaux trouveront toujours autre chose à faire pour martyriser les plus petits (on a d'ailleurs du mal à comprendre comment on peut martyriser quelqu'un à coup de pas de danse).

Et puis bon, c'est juste une danse, non? Cela n'empêchera pas les enfants d'imiter leurs stars préférées comme Griezmann. Et sur tous les élèves qui composent l'école, combien ont déjà joué à Fortnite? Ne faudrait-il pas plutôt interdir internet aux enfants pour qu'ils soient complètement isolés de toutes les choses dangereuses et violentes de ce monde? La directrice de l'Illfracombe Junior School a du boulot.

Déjà lu?