Passer un week-end à Istanbul ou à Prague revient à se griller quatre clopes

Avant de choisir une ville pour un citytrip, il peut être judicieux de jeter un oeil à la qualité de l'air de sa destination. Un long week-end à Paris ou à Amsterdam revient à fumer deux cigarettes, a calculé l'ONG Transport & Environnement. Et à Prague ou Istanbul, la pollution de l'air fait monter le chiffre à 4.

C'est un détail auquel on ne pense pas forcément lorsqu'on traverse la rue Pařížská, flanquée de ses immeubles Art-Nouveau et de ses boutiques de luxe, ou lorsque l'on se promène dans le marché de Havelská, mais il faut le souligner: à Prague, la pollution de l'air atteint des niveaux alarmants. Pareil pour Istanbul, Londres, Vienne et les principales capitales européennes.

L'ONG "Transport & Environnement" (T&E) a croisé les chiffres de diverses sources pour révéler quel impact la visite des 10 villes les plus populaires d'Europe a sur la santé. Elle a, pour cela, dressé un parallèle entre la pollution atmosphérique et la consommation de cigarettes. T&E a compilé les taux de particules fines (PM2,5) présentes dans l'air de ces grandes villes - la mesure la plus couramment utilisée des niveaux de pollution atmosphérique - pour les convertir en nombre de cigarettes fumées.

La carte de Transport & Environnement

© T & E

Prague et Istanbul en tête du pire

Un week-end prolongé à Prague ou à Istanbul revient à consommer quatre cigarettes, selon le rapport de l'ONG. Milan occupe la troisième place avec trois cigarettes, suivie de Londres (2,75), Amsterdam, Paris, Vienne et Rome (2) et Barcelone et Dublin (1).

Bruxelles n'est pas dans la liste, mais ce n'est pas pour autant que la capitale belge et européenne n'a pas des problèmes de pollution. Dans son rapport "Mon air, mon école", Greenpeace soulignait qu'en Belgique, seules 7 écoles sur 220 avaient une qualité de l'air satisfaisante. Et ce n'est qu'un exemple.

L'air, une question de santé publique

"Lorsque la pollution de l'air est mauvaise, on nous dit d'éviter de manger ou de faire de l'exercice à l'extérieur", souligne Jens Müller, coordinateur de la qualité de l'air et du diesel chez T&E. "Mais faire un citytrip, ça signifie se promener dans les villes et manger sur les terrasses des restaurants. À l'heure actuelle, les touristes, y compris les enfants, sont plus ou moins forcés de fumer."

Une enquête de l'Agence européenne pour l'environnement (EEA) montre qu'il y a quatre ans, en Europe, plus d'un demi-million de personnes sont mortes prématurément à cause de la pollution. La pollution atmosphérique peut entraîner des maladies cardio-vasculaires et respiratoires, des crises cardiaques, cancers, ou encore de l'asthme. En Allemagne, le problème a entraîné plus de 80.000 décès par an. En Grande-Bretagne et en France, les choses ne vont pas mieux, où plus de 60.000 décès ont été recensés par an dans chacun des deux pays.

 

Premiers responsables: les voitures

En mai de cette année, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Hongrie, l’Italie et la Roumanie ont été convoquées par la Commission européenne pour violation des normes européennes de qualité de l’air devant la Cour européenne de justice.

Le premier responsable de cette pollution serait, pour T&E, le trafic. Voitures, camions, motos... tous les véhicules qui fonctionnent avec des moteurs à carburant libèrent chaque jour d'énormes quantités de particules fines. Dans un rapport de juin 2018, la Commission européenne pointait aussi le chauffage au bois comme principale responsable de la pollution de l'air.

Avant de partir en citytrip, il peut donc être utile de jeter un oeil aux constantes de pollution atmosphérique de la ville à visiter. Pour connaître la pollution de l'air en temps réel dans une ville, il existe par exemple Breezometer. À Bruxelles, il y a aussi le site "Qualité de l'air" de Bruxelles Environnement qui permet de suivre en permanence et en temps réel l'évolution des concentrations en polluants dans l'air de la Région de Bruxelles-Capitale.

Quitte à changer d'air, autant que celui-ci soit respirable...

Déjà lu?