"Désenchantée": elle vaut quoi la nouvelle série de Matt Groening sur Netflix?

Les 10 épisodes de la nouvelle série du papa des Simpson, "Désenchantée", sont disponibles depuis vendredi. L'occasion de jauger cette série Netflix qui a fait pas mal de bruit dans la presse. À raison?

Après nous avoir raconté le présent à merveille dans les Simpson, puis le futur dans Futurama, voilà que Matt Groening s'attaque au passé. Une constante reste: l'humour, caustique et incisif. Quoique bien inégal à la vue du premier épisode.

Il raconte quoi justement ce premier épisode? Nous nous trouvons plongés dans un monde médiéval impitoyable. Au milieu de celui-ci se trouve le royaume de Dreamland. Un mariage doit y être célébré afin de sceller une alliance avec une puissance étrangère.

Sauf que la princesse Bean ne l'entend pas de cette oreille. Avec son côté rebelle qui la caractérise, elle refuse et provoque la mort accidentelle de son fiancé. Bean doit fuir. Elle recevra l'aide de deux potes sur sa route: Elfo et Luci. Voilà le trio parti pour de nouvelles aventures.

Comme dans les deux séries précédentes de Matt Groening, "Désenchantée" est bourrée de références. On est là pour rigoler, pas de doute, même si des thèmes sérieux sont abordés. Les mêmes qui secouent l'Amérique d'aujourd'hui: le racisme, le féminisme, le harcèlement. Mais ne t'attends pas à une critique sociale comme ce fut le cas dans les Simpson. Matt Groening est là pour raconter une histoire et nous faire marrer, pas plus.

Le premier épisode se laisse regarder. On passe un bon moment sans tomber de sa chaise. On est loin du raz-de-marée annoncé par Netflix. Faut dire que Matt Groening s'est entouré de 200 personnes pour réaliser cette série, et on lui a donné une liberté de ton quasiment totale. Force est de constater que le démarrage est plutôt timide. L'attente était pourtant grande: il s'agit de la première production originale de Matt Groening depuis Futurama en 1999.

Une saison 2 de Désenchantée?

Et la suite? Chaque épisode (il y en a dix) dure 30 minutes. Un peu long. D'autant que la série met pas mal de temps à s'installer. Il te faudra regarder plusieurs épisodes pour te mettre vraiment dedans.

La série fait aussi étrangement penser à un mélange entre Kaamelott et Monty Python: le sacré Graal. Pas étonnant, l'humour n'en est pas très éloigné. Ce sentiment de déjà vu est toutefois renforcé par le fait que certains personnages font doublon: les bêtises de Luci font penser à celles de Bart ou plus encore de Bender, tandis que Bean et son indépendance font songer à Lisa ou encore Leela.

En résumé, il s'agit d'un bon divertissement qui appelle à en voir plus. Beaucoup de choses peuvent encore être exploitées. Le Moyen-Age, où l'autorité règne en maître, devrait offrir un terrain de jeu idéal pour la suite des aventures de Bean. Autant que le Fantasy, revenu à la mode suite aux adaptations du Seigneur des Anneaux et de Game of Thrones. Une saison 2 est en tout cas en préparation.

Déjà lu?