Ce seflie de Kaaris en prison met dans l'embarras les prisons françaises

Depuis environ deux semaines, Kaaris est incarcéré à la prison de Fresnes pour avoir foutu le souk à l'aéroport d'Orly avec Booba. Le rappeur français attend bien sagement son jugement en cellule et est sans doute le détenu le plus connu de la prison. Un peu trop même puisque des photos de lui prises dans la prison circulent sur internet et met dans l'embarras les gardiens. Car oui, on le rappelle, les téléphones sont interdits aux détenus...en théorie. 

Booba et Kaaris sont forcés de rester en prison jusqu'au 6 septembre, date de leur procès. Si Booba patiente à Fleury-Mérogis, Kaaris, lui, est enfermé dans la prison de Fresnes. Et une chose est sûre, il ne va pas se faire des potes du côté des gardiens de la prison. En effet, une photo a débarqué sur les réseaux sociaux où l'on voit un détenu se prendre en photo avec le rappeur avec un téléphone.

Cela semble normal mais on le rappelle tout de même: les téléphones sont interdits en prison. Alors, une telle photo qui circule un peu partout met les gardiens dans une situation délicates, eux qui sont censés empêcher que les téléphones rentrent à l'intérieur de la prison.

Voici la photo en question

Vidéos et photos en pagaille

C'est loin d'être la seule photo de Kaaris en prison qui circule sur les réseaux. Plusieurs vidéos tournent également où l'on voit le rappeur pendant sa promenade. On a donc vraiment l'impression que chaque détenu a droit son propre téléphone. Cela met les gardiens et la direction dans l'embarras et un des surveillants, Cédric Broyer, s'est exprimé à ce propos au micro de France Info. Il a confirmé que le cliché avait été pris "soit dans une cellule ou une salle d'activité."

Il explique que la contrebande et le trafic de téléphone est un réel problème à Fresnes: "Les téléphones, il y en a énormément en détention qui entrent par les parloirs et divers trafics. Fresnes est un établissement qui n'a pas connu de fouille générale depuis les années 2000." C'est très problématique car les téléphones permettent de prévoir une évasion ou même pire: des attentats.

Cédric Broyer rappelle justement qu'un attentat avait été déjoué il y a quelques mois: "On a bien vu qu'en octobre de l'année dernière, il y a deux personnes détenues qui ont été interpellées pour des préparatifs d'attentat depuis leur cellule de Fresnes. Il faut que les moyens soient mis en place afin de pouvoir lutter contre les téléphones portables en détention." En tout cas, la cellule de Kaaris a été fouillé suite à la publication de la photo et deux téléphones ont été saisis. On dirait bien que malgré eux, Booba et Kaaris permettent de mettre en lumière les dysfonctionnements des prisons françaises.

Déjà lu?