La goutte d'eau qui fait déborder le vase: Charleroi en a marre de Ryanair

Les pilotes Ryanair de Belgique, Irlande, Allemagne, Suède et des Pays-Bas seront en grève aujourd'hui. Ce qui veut dire: vols annulés, et voici en quoi la Belgique est concernée. Mais pour l'aéroport de Charleroi, durement touché, en a soupé de Ryanair, mais que peut-il faire?

Pas gai, si tu avais fait une bonne affaire en réservant ton vol via Ryanair et que tu te retrouves avec un vol annulé aujourd'hui. Car oui, la grève des pilotes Ryanair risque de toucher plusieurs personnes dans notre pays. Au total, dans les cinq pays où les pilotes de la compagnie low cost ont décidé de se mettre en grève, ce sont près de 400 vols qui seront annulés sur la journée. Il y a deux semaines déjà, la compagnie avait du faire face à une autre grève du personnel de cabine et d'autres vols avaient déjà dû être annulés. Bref, ça ne sent pas bon chez Ryanair. Et face au conflit social, la direction de Ryanair semble démunie. Lundi dernier une conciliation a eu lieu mais l'issue de celle-ci n'a rien donné et c'est pour cette raison que la grève de ce vendredi a été maintenue, en tout cas en Belgique. Les pilotes revendiquent toujours leurs conditions de travail et

Chez nous, quels vols annulés?

Le 3 août dernier, Ryanair faisait part dans un communiqué de l'intention de syndicat de pilotes de Belgique de partir en grève ce vendredi 10 août. "Nous avons malheureusement été obligés d’annuler 104 vols au départ et à destination de la Belgique sur plus de 2,400 vols européens réguliers vendredi prochain (10 août). Tous les clients concernés ont déjà été informés par e-mail / SMS vendredi (3 août) et seront replacés (ou remboursés) sur d'autres vols Ryanair. Nous nous excusons auprès de nos clients pour les perturbations causées par ces grèves."

Aéroport de Charleroi: c'est assez!

Avec 82 vols annulés à Charleroi, cela fait 14.000 personnes impactées directement. Et clairement, si les autres pays en grève souffriront de cette grève, la grève d'aujourd'hui fera perdre gros Charleroi Airport. En effet, l'aéroport est la base de Ryanair en Europe et la troisième implantation la plus importante pour la compagnie low-cost. Tel un enfant qui dépend de ses parents, l'aéroport de Charleroi dépend aujourd'hui de Ryanair pour 70-75% de son trafic aérien. Alors évidemment, les grèves à répétition, cela donne envie à l'enfant de fuguer, voire demander son émancipation. Mais l'aéroport de Bruxelles-Sud peut-il faire quelque chose? Quid de cette dépendance, est-elle scellée à jamais?

Il faut se détacher

Si comparer l'aéroport et la compagnie low cost à une relation parent-enfant était bizarre, cela illustre plutôt bien le concept. Même si dans les faits, la relation est bien plus pourrie que ce que l'on peut imaginer. Pour pouvoir se détacher de la compagnie, l'aéroport va devoir user de finesse et se développer autrement. Mais qu'est-ce que ça veut dire concrètement?

Selon le porte-parole de l'aéroport de Charleroi Vincent Grassa interrogé par l'Echo, "Nous voulons petit à petit enlever le mode de dépendance avec Ryanair. Nous allons diversifier nos activités en mettant en place une vraie stratégie. Il y a d'autres compagnies qui se développent davantage, qui sont intéressées par notre aéroport. Cette diversification va nous permettre de sortir à tout jamais de cette dépendance".

Air Belgium

Lorsque le porte-parole parle d'autres compagnies, il parle notamment de la récente Air Belgium, implantée à Charleroi depuis le mois de juin et qui devrait continuer son expansion. En plus de cette compagnie, Wizz air, une autre compagnie low cost développe aussi son activité à l'aéroport de Charleroi. La compagnie a en effet ouvert 4 nouvelles routes depuis le début de cette année. Bref, l'aéroport a quelques pistes, mais il est clair que ce ne sera pas encore suffisant pour se détacher prochainement de Ryanair sans subir de lourdes conséquences.


Déjà lu?